HISTOIRE

1945 à 1949

Mise à jour : 11/07/2020

Superficie aéroport : 760 hectares

Le LOG AVION de l'année : 1945

Construction d'une nouvelle tour de contrôle près des pistes (en métal). Le mois a été difficile à cause des conditions climatiques (neige, gel), manque de nourriture, baisse de l'électricité, manque de fuel, conduites gelées.

Après une mission de bombardement sur Berlin et Dresde (mission 29, 46th Bomb Group), de nombreux B-24 (42-110161 "Jail Bait", "Henry",...)  se sont retrouvés à court de carburant à cause du mauvais temps et du vent. Ils ont choisi de se poser à Orly où ils resteront 3 jours jusqu'à l'arrivée de carburant depuis l'Angleterre.

Témoignage de Bill A. Rosser paru dans la revue des vétérans du 44th Bomb Group '8 Ball Tails' (hiver 1995):

"We landed at Orly, as you indicated, on Jan. 16. Had fields on the continent not been available, it is doubtful that the mission could have been completed as flown because a great many planes were low on fuel. I don't remember how many landed at Orly, but there were a lot of them. Someone ran off the taxi strip into deep mud and stranded several planes. Since there was no equipment available to free him, we were "stuck1' in Paris for three days. I told you we were lucky! © 8 Ball Tails

Témoignage de Roy Owen paru dans la revue des vétérans du 44th Bomb Group '8 Ball Tails' (hiver 2007):

"Our Primary Target on 16 January 1945 was the Marshalling Yards at Berlin, but we did not have good intelligence,” Roy Owen
(506 Sq.) remembered. “The weather was so bad, we couldn't see the target, so we headed to our secondary assignment, the railways
at Dresden.” Owen (Co-pilot on the William Smith crew) later learned that the railroad lines at Dresden were jammed, not only with
army personnel, but also civilians who were trying to move west to escape the onslaught of the Russian troops. “People were jammed into box cars, sitting on flat cars and hanging onto anything that was moving,” he said. “Those of us who were on that bomb run could feel guilty about adding to the human misery below them; however, we can take satisfaction from the fact that we missed the target. We hit the western edge of the Marshalling Yards. It was not a good job.” The headwinds were fierce, snow was falling, and many planes didn't have enough fuel to get back to Shipdham. The Allies had already taken Paris, so Orly was the logical place to stop. William Smith brought # 00-829 down, only to find an airfield full of '17s and '24, all with the same problem. “The first night they put us into a gymnasium.” Owen continued. “The next two nights we spent in a Red Cross Hotel with all its unusual amenities. It was the first time
the men had ever seen a bedea, so that sparked some interesting questions and speculation about this luxurious equipment.
“Of course, we had to leave two men with the plane, so one immediately set forth to acquire some local beverages. Then, somehow
they got into a scuffle with another B-24 crew, throwing snowballs at each other. As the beverages flowed, the battle advanced
to firing flare guns. The next day the snow banks were full of black holes.” Three days later, fuel arrived from England, and it became necessary to leave the luxuries and the Mademoiselles of Gay Paris behind.
On that same mission, #42-50660, from the 68th Squadron, piloted by John Testa was abandoned in France, #42-52293 Judy's Buggy (67th) crashed near Metz, but did not burn. It was salvaged 4 February 1945; Hellza Droppin' (68th) got back to Shipdham but the airfield was fogged in solid. The crew bailed out, Gerald Lindsay, pilot, put the A/C on autopilot and it is believed to have crashed in the North Sea. Bill Rosser, pilot of Big Time Operator reported being delayed among others because someone ran off the taxi strip into deep mud and stranded several planes. The records indicate that fourteen men were injured on that mission." © 8 Ball Tails

Témoignage de ? paru dans la newsletter de l'association Second Air Division Veteran (Mars 1974):

"The crew elected to name our new ship 'HENRY' [...] Several weeks later, we received an original 'Henry' standing on top of a B-24 with a bomb in a slingshot. Mission #29 was to Dresden, Germany, and it was our good luck to be diverted to Orly, France on the return
trip because of bad weather in England. Funny thing happened in Orly, it took us three" © Second Air Division Veteran

Les américains construisent des hangars en métal pour les Douglas C-47 français et continuent la construction de bâtiments (55 au total). 1 481 avions ont atterris ce mois-ci dont 170 C-54.

Témoignage de Jacqueline DELCUS entrée en février 1945 sur les conditions de vie: "Il y avait transport et transport. Celui du personnel était très rudimentaire au lendemain de la guerre : c'était un camion bâché, équipé de bancs longitudinaux et peint en bleu, d'où son nom "l' Oiseau bleu" A chaque coup de frein, nous tombions dans les bras les uns des autres: la journée commençait et se terminait par des rires. Dans nos bâtiments très vieux, on voyait le jour à travers des cloisons que nous calfeutrions l'hiver avec du papier journal! Les souris passaient à travers les lames du parquet. L' hiver où il fit très froid, notre bureau fut transformé en patinoire: les tuyaux avaient
éclatés. Nous avons acheté de petits poêles à pétrole... à la fin de la journée, nous étions tout noirs et intoxiqués..."


Constant LEROY évoque, lui aussi, les tout premiers bâtiments administratifs: "Du côté navigation aérienne civile, existait un bâtiment
qu'on appelait le commandement, en bordure de la RN7, à la hauteur de la porte dite de la Pergola. C'est Mlle Deutch de la Meurthe qui l'aurait fait construire (il était appelé, avant la guerre. le Roland Garros). Les Américains occupaient le rez-de -chaussée. Aux étages, les bureaux du commandant Drouet pour les problèmes administratifs et le mien pour les problèmes de télécommunications et les relations
avec les Américains."
 
[extrait du livre "Aéroports de Paris, une aventure humaine"]

Mission "OO-LA-LA" du 448th Bomb Group / équipage #46

"We (meaning Joe, Richard & John Roche) had a chance to fly to Paris on official business with Colonels Thompson and Miller. Going across France at 2500 feet we had a beautiful view of the battle area, destruction on an unbelievable scale. Burned out tanks, trucks, and all kinds of rolling stock. There were bomb and shell craters everywhere. A Spitfire came up and flew off our right wing to give us the once over and then flew off. We circled the Eiffel Tower and landed at Orly Airfield about 6 miles outside Paris. Taxing back to the control tower we went off the runway and got stuck in the mud with one gear. French laborers came up to the plane and seemed to be astonished at the size of the B-24 and kept pointing to our .50 caliber machine gun turrets and ammunition on board. Finally with help, we got out of our predicament and back on the taxi way. Paris finally, and what a city from what we saw of it during our brief stay. Cognac and champagne flowed like water, beautiful women strolling about, you would never know there was a war going on a few hundred miles away. We walked by Notre Dame Cathederal and saw the Louvre from a distance. We also walked the Rue de Palais, Paris's Fifth Avenue. We were only in Paris 4 hours, not long enough. The three of us, John Roche, Dick Best and I, spent about
$300.00. Silk stockings (675 francs a pair, about $12), 14 bottles of perfume ($50), silk handkerchiefs, case of champagne ($64), 6 bottles of cognac ($32), and several smaller items. We finally got back to our plane for a late evening departure. As a matter of
fact it was almost dark when we left Paris. We flew back to England and had to identify ourselves coming over the coast by switching on our IFF (IDENTIFICATION FRIEND OR FOE) equipment. We had a wonderfuland unforgettable trip. No bombing for a change. JHZ"
. © A replacement crew in the ETO by John Rowe.

La Marine française revient à Orly avec l'arrivée des Mureaux de l'escadrille 31S avec notamment ses Bloch 161 Languedoc (8 exemplaires, grosse maintenance faite par Air France) et ses SO 30P Bretagne.

Anecdote de Brand Robert (publié sur anciens-cols-bleus.net): "A la 31S Orly, au début des années 50, les matelots et Q/M opérant sur les Languedoc ne disposaient d'aucun équipement de travail adéquat mis à part le "bleu de chauffe" que personne n'utilisait. Notre magasin d'habillement "le marché aux puces" de la pote de Clignancourt où il était facile de se procurer des boots d'aviateur de la RAF et des combinaisons et casquettes d'origine diverses, une partie de la solde y passait. L'Etat Major de la 31 S autorisait ces tenues hétéroclites, l'essentiel étant que les Languedocs soient parés pour assurer la ligne."

Bloch 161 - Orly

Arrivée du 843rd Engineer Aviation Battalion qui remplace le 831st Engineer Aviation Battalion.

Départ du 843rd Engineer Aviation Battalion qui est remplacé par le 877 Airborne Engineer Aviation Battalion.

Ce même mois, Orly a reçu 400 prisonniers libérés et évacués 3000 blessés américains.

Le 877 Airborne Engineer Aviation Battalion est remplacé par le 829th Engineer Aviation Batallion. Ce même mois arrive les infirmières du 817th MAES.

usaf_250844_310545_p150b.jpg

1/1

Témoignage de Claude Barroux ayant travaillé sur l'aéroport: "J'ai été embauché par Monsieur Roudier raconte le premier. Mon travail consistait à vérifier les factures d'achat de matériel. mais je devais aussi allumer le poêle les jours d"hiver dans le baraquement de bois. Le patron de l'aéroport était un militaire, le capitaine Delaby. C"était important pour remplacer les militaires américains qui étaient installés. Ainsi, face aux engins américains (scrapers, niveleuses) se retrouvait une trentaine de personnes avec des pelles et des pioches et on privilégiait l'embauche de ceux qui possédaient leurs outils de travail."


et Jean-Baptiste Pettinotti: "Venu pour chercher du travail pour les vacances, j'allais être embauché par le capitaine Delaby et Monsieur Eschenlauer (as de la seconde guerre mondiale) afin d'assurer la liaison avec les différentes entreprises et les américains. J'assistais aux premiers rendez-vous de chantier dans le bureau du capitaine et cela m'impressionnait beaucoup, car ce dernier était très exigeant sur la qualité des travaux et sur les délais. Après ce mois d'été, n'ayant plus envie de repartir, et avec l'accord du capitaine, j'intégrai le bureau de dessin pour y apprendre un métier." [extrait du livre "Aéroports de Paris, une aventure humaine"]

Arrivée de la 158th Liaison Squadron (9th Air Force) depuis Ahrweiler en Allemagne avec des Stinson L-1 et Piper L-4.

Départ du 173rd Liaison Squadron (sur Piper L-4, Cessna UC-78, Stinson L-5).

La société publique Aéroport de Paris est créée. Société publique dotée de l'autonomie financière et dont la mission est d'exploiter et de développer l'ensemble des installations de transport civil aérien ayant leur centre dans la région parisienne, conformément au rapport de A. Bozel.

Création du Service Sécurité Incendie (pompiers, futur SSLIA) sous l'autorité du commandant Etienne. Il succède au Fire Department de l'US Air Force.

Témoignage de Louis Maillard embauché comme pompier en 1946: "Ma grande surprise, explique Louis, fut l'équipement: bottes de caoutchouc, houppelande et surtout casque de 1914! Le petit bâtiment en planches obtenu plus tard sera baptisé "Notre Dame de la Pompe", appellation familière due à la présence d'un clocheton! Par grand vent, il nous fallait amarrer la cabane aux véhicules, si nous ne voulions pas nous retrouver à La belle étoile. C'était Le bon temps, nous étions jeunes ..." [extrait du livre "Aéroports de Paris, une aventure humaine"]

Départ de la 158th Liaison Squadron (9th Air Force) pour Villacoublay.

Visiteurs pour l'année : 300 000, Passagers: 51 788 (dont 17 813 pour Air France, 23 147 pour l'aviation étrangère), Fret: 2 158 638kg

Le LOG AVION de l'année : 1946

1/1

1/1

Les américains installent un JATC (Joint Air Traffic Center) à Orly pour contrôler le Nord de la France. En Janvier, une section française est créée.

Ouverture de la première aérogare provisoire située dans la zone de la Pergola. Elle est composée de 3 baraques préfabriqués en bois de 20 mètres de côté juxtaposées offrant 900 m2 de surface. Ce bâtiment au toit rouge comporte une salle d'arrivée, une salle de départ, une autre pour les douaniers et policiers et une faisant fonction de bar avec un stand de journaux (on y servait uniquement des œufs au bacon et quelques boissons).

 

Premier vol international régulier avec l'arrivée d'un Lockheed Constellation NC86511 de la TWA de New York LGA (la TWA a déjà opéré des vols militaires à Orly pour l'Air Transport Command). Arrivé après 15h58 de vol avec 36 passagers à bord.

"[...] Lorsque les 36 passagers débarquent, les bagagistes refusent de vider les soutes, sous prétexte que leur local n'a pas été balayé ! Quand un directeur empoigne un balai et fait voler la poussière, ils consentent en maugréant à reprendre le travail. A cette instant le camion de bagages tombe en panne. Le bulldozer venu le dépanner le défonce... et écrase les valises des passagers.[...]" [extrait du livre "Orlywood" de Bob Maloudier]

1/1

Arrivée du 53d Troop Carrier.

Orly est rendu après la signature d’une convention, signée le 5 novembre de la même année, dans le cadre des accords Blum-Byrnes du 28 mai 1946 et Bidault-Caffery du 18 juin 1946 portant spécialement sur les installations d’aide à la navigation aérienne. En 1946, une section française travaillait auprès du Joint Air Traffic center d’Orly et l’ENAC (alors service des écoles et des stages du secrétariat générale de l'aviation civile et commerciale) , à l’origine, s’installa dans les baraques Quonset au nord du terrain d’Orly. Les américains rendent Orly à la France avec 1 piste en béton de 1550m (futur 8L/26R) et 1 piste Nord/Sud de 1865m x 60 (03/21). Le radar mobile est remplacé par un radar Gilfillan utilisé aussi en mode GCA. L'US Air Force loue une partie de l'aéroport à l'Est, Orly est la base aérienne américaine 1630.

Constant LEROY a participé à cette passation de pouvoir: "En novembre 1946, au cours d' une cérémonie (à laquelle assistaient Max Hymans, secrétaire général de l'aviation civile, et son attaché de presse, Georges Guillemin), eut lieu la remise officielle du terrain par les autorités américaines : j'eus l'honneur de hisser le drapeau.[extrait du livre "Aéroports de Paris, une aventure humaine"]

Départ du 53d Troop Carrier.

Passagers pour l'année : 484 522, 256 avions en hiver, 195 en été

Le LOG AVION de l'année : 1947

Décret portant application de l’ordonnance du 24 octobre 1945.

Le gros de l'armée américaine a quitté le camp d'Orly.

1947 - 21 mars - usa.jpg

Le C-47A F-BCYF d'Air Algérie est endommagé durant le roulage.

Ouverture d'une 3 ème piste, en béton Est/Ouest de 2120 m x 60 m (26L/8R).

Passagers pour l'année : 576 931

Le LOG AVION de l'année : 1948

Anecdote de Serge Bavoux sur la Marine (publié sur le forum anciens-cols-bleus.net):

"Le 1er janvier 1948 je suis muté à la 31S à Orly. La joie !!!
L’escadrille 31S appartient en fait à la BAN Les Mureaux qui nous administre. Nous sommes détachés à Orly, où sur l’aéroport, nous possédons une baraque dite de piste. Le parking de nos avions est fait de plaques métalliques trouées, s’imbriquant les unes dans les autre, d’origine US. Nos cantonnements sont situés hors de l’aéroport, sur la route qui vient de Paris. Ils sont constitués d’un ancien hôtel, qui a du être occupé par les Allemands durant la guerre, habité par les officiers mariniers, et de deux baraques en bois, à l’arrière pour les quartiers-maîtres et matelots. Baraques qui ont du aussi connaître des « trouffions » teutons.
C’est l’escadrille ministérielle (à cette époque il y a un ministre de La Marine, plus exactement un secrétaire d’état) qui assure des liaisons avec toutes les unités marine outremer et également avec les forces d’occupation marine en Allemagne (flottille du Rhin).
Nos avions, des Junkers 52 pris aux allemands, ou AAC1 « Toucan », des Bloch 161 Languedoc tout neufs et quelques autres appareils, NC701 Siebel, Ventura vont à Dakar, Alger, Tunis, Casablanca, Friedrichshafen en Allemagne. Il y a aussi un monomoteur Noralpha, quadriplace, réservé uniquement au ministre (secrétaire d’état à la marine Johannes Dupraz) Pilote : George Max Glover, mécano QM Weinborn).
Quand le ministre vient à Orly, son chauffeur l’amène dans un superbe coupé Delaye 135 Figoni de couleur beige clair, équipé d’un moteur 6 cylindres en ligne, tu parles d’un capot! Je suis affecté aux visites d’entretien et de réparation des Ju52 où le travail du jeune matelot inexpérimenté que je suis consiste bien souvent à nettoyer des capotages et à remplir de graisse HPF les chapeaux de culbuteurs des moteurs BMW 132Z3, 9 cylindres en étoile, 735 CV, qui équipent ces avions. Le temps passant on me confie des opérations plus délicates : réglages des jeux de culbuteurs, réglage des magnétos, visites après vol, dépannage en piste, préparation avant vol, etc... Je suis comblé le jour où, sous la conduite d’un SM, je peux lancer les moteurs et effectuer un point fixe ! 
En janvier et février il a fait très froid. Les préparations pour vol commencent parfois dès 04h00 du matin où nous devons dégivrer les avions en aspergeant les gouvernes avec de l’alcool éthylique. Nous devons aussi réchauffer les moteurs avec de l’air chaud produit par une sorte de lampe à souder, du moins ça fonctionne selon le même principe, montée sur un châssis Citroën U23. Cet engin me fait peur et à chaque mise en route je redoute l’explosion !
Je suis de temps à autre de service à la baraque de piste où je reste seul le soir ou le dimanche. Hors la surveillance générale, ce service consiste surtout à réceptionner des messages téléphoniques et à aviser les équipages concernés, ceux du Noralpha et du Ventura, en particulier, d’avoir à se tenir prêts aux voyages des notabilités et du ministre. Les membres de ces équipages doivent impérativement laisser un N° de téléphone où les joindre. [...]
Ce service est très cool et quand je suis seul le soir il m’arrive d’enfourcher la « Harley Davidson », dont seul le pacha se sert de temps à autre, et de faire quelques tours sur les pistes de roulement à l’intérieur de l’aéroport, après avoir débranché le compteur ! Certains font même venir leur petite amie pour meubler ces temps de garde ! Cela m’est arrivé une fois, je n’avais pas la conscience tranquille et je n’ai pas renouvelé ! Il y a d’autres « cas » à l’escadrille, tel le QM Jourdain de Coutance, marquis dans le civil ! Il est chargé du service transit ; parmi les « grosses légumes » qui utilisent la 31S il y a deux généraux de ses oncles. [...]"

1/1

Un incendie se déclare dans la baraquement des installations électriques mais l'aérodrome a continué de fonctionner.

Inauguration de l'aérogare Nord par M. J. Moch. Il va recevoir 1900 passagers par jour. L'aéroport compte alors 6 postes de stationnement avions et un parking voiture d'une cinquantaine de places.

Le DC-4 F-BBDL d'Air France s'écrase à l'atterrissage et est détruit par le feu. Pas de blessé sur les 12 personnes à bord.

Marcel Cerdan rentre à Orly dans le Lockheed Constellation F-BAZL d'Air France après sa victoire à New York contre Tony Zale en championnat du monde des poids moyens.

Le C-47 ZS-BWX est dérouté sur Orly mais s'écrase sur des maisons après avoir heurté des câbles électriques. 

Passagers pour l'année : 761 116

Le LOG AVION de l'année : 1949

Orly 1949

Un bac à essence explose dans une baraque électrique qui prend feu faisant 1 mort et 4 blessés

1949 - 09 avril - incendi baraquement.jp

ADP devient le gestionnaire de l'aéroport.

18 ème salon aéronautique dont, pour la première et dernière fois, une partie se tient en dehors du Grand Palais avec des démonstrations et une parade aérienne à Orly sur cette journée. 46 avions sont présents pour la démonstration qui commence à 14h avec des conditions météorologiques défavorables (plafond bas, mauvaise visibilité). Cette journée rencontre un grand succès.

1/1

Anecdote d'André Pieres sur la Marine (publié sur le forum anciens-cols-bleus.net):

"Mois de Juin 1949, j’étais alors mécanicien volant, patron d’appareil sur Bloch 161 à la 31 S Orly.
Ce jour là nous faisions des tours de piste en entraînement pilote sur le « Ciel de Parray Vieille Poste » comme l’avait baptisé l’équipe de piste, vu que depuis le début du mois nous ne faisions que cela pour entraîner le Lt. Hurel et le Maitre Ortusi en vu de leur lâcher comme pilote chef de bord, l'OE. Ducos était leur instructeur.
Nous en étions au 4 ou 5 ème décollage et jusque là tout ce passait bien, alignement en bout de piste, mise de gaz et décollage. A ce moment l'OE Ducos me demande de passer le moteur 4 en drapeau. Étonnement de ma part, vu que la manœuvre n’avait pas été prévue par avance comme cela se faisait d’habitude.Obéissant, je commence les actions pour mettre l’hélice en drapeau, quand Ducos me dit : Regarde-le ton moteur, jetant un œil par le hublot, je m’aperçoit que l’hélice n’était plus là.
Rien n’avait été ressenti, l’avion se comportait comme d’ordinaire.  Ducos me dit par la suite qu’il était en train de synchroniser les moteurs droits par le spectre des hélices quand il l’avait vu partir sur la droite de l’aile.Toutes les dispositions étant prises nous avons terminé notre tour de piste et nous nous sommes posés sains et sauf.
Cet incident a été très court car sans hélice le moteur en sur-vitesse a fait une rupture d’embiellage et s’est arrêté instantanément. Arrivé au parking et au vu des dégâts nous avons seulement réalisés que nous avions frôlé la catastrophe.
C’était le jour de la saint Jean et nous avions beaucoup de Jean à l’escadrille. L’équipe de piste était allée se ravitailler à l’épicerie d’Orly en vu du pot prévu le midi. Une personne, entrant leur demande si l’avion qui tourne depuis ce matin leur appartient. Sur leur réponse affirmative il leur dit : il vient de perdre une hélice qui n’est pas tombé très loin. Leur retour se fit sur les chapeaux de roues pour nous stationner et avec nous examiner les dégâts."

Création officielle de l'ENAC (Ecole Nationale de l'Aviation Civile) à l'initiative de Max Hymans, secrétaire générale de l'Aviation Civile et de Jules Moch, Ministre des travaux publics. Elle est déjà présente dans les anciennes baraques Quonset installées par les américains en tant que « service des écoles et des stages » du Secrétariat général à l'aviation civile et commerciale .

1946 - enac.jpg
Cours de l'enac - Novembre 1960

Air France améliore ses services aux passagers en lançant des repas chauds à bord de ses avions grâce au service hôtelier d'Orly.

Le Constellation L.749 F-BAZN d'Air France décolle à 20h05 d'Orly pour rejoindre New York via une escale sur l'île de Santa Maria. A son bord, la violoniste Ginette Neveu et le boxer Marcel Cerdan. L'avion s'écrase durant son approche sur l'île. Aucun survivant.

 
 
 
 
 
 

/!\ En cas de recopiage d'informations, merci de respecter mon travail en citant la source /!\

AEROPORT-PARIS-ORLY.COM Chronique d'un aéroport

SITE PERSONNEL

Copyright © Février 2019 Jean-Charles DAYOT