HISTOIRE

1995 à 1999

Mouvements avions pour l'année : 232 700 / Passagers : 26 995 000

Les LOGS AVION de l'année : Janvier / Février / Mars / Avril / Mai / Juin / Juillet / Août / Septembre / Octobre / Novembre / Décembre

La maison de l'environnement ouvre ses portes. Elle est inaugurée par la ministre de l'environnement Corinne Lepage et Anne-Marie Idrac secrétaire d'Etat aux transports.

Le personnel d'Air Inter est en grève et envahi les parkings et les pistes.

Grève Air Intr Orly 1995

Un Airbus A300 d'Air Inter opérant un vol Palma de Mallorque-Paris Orly AF4617 est détourné sur Genève.

 

Un extrait d'un article publié sur le site de Libération.fr le 04/09/95:

"[...]Pendant tout le week-end, les protestations contre la reprise des essais nucléaires français se sont multipliées sur terre, sur mer, sur rail et dans les airs..... Elles ont même pris une tournure rocambolesque, hier, puisqu'un pirate de l'air a détourné, au-dessus de Bordeaux, un Airbus A 300 d'Air Inter, parti à 11h35 de Palma de Majorque pour Orly, avec deux cent quatre-vingt-douze passagers et dix membres d'équipage à bord.

L'homme, un Espagnol de 33 ans, qui avait remis à une hôtesse de l'air une lettre dénonçant la reprise des essais nucléaires français dans le Pacifique, a menacé de faire sauter l'avion avec un dispositif télécommandé, qui s'avéra factice. Au cours de sa conversation avec le centre des contrôleurs aériens de Barcelone, il a affirmé que «d'autres avions pourraient subir le même sort», mais s'est refusé à indiquer s'il appartenait à une organisation quelconque.

L'appareil après avoir tourné au-dessus de Toulouse et de Lyon, s'est finalement posé, à 13h20 sur l'aéroport de Genève, comme le réclamait le pirate. Là, l'attente n'a pas été très longue. Moins d'une heure plus tard, le pirate, qui avait reçu l'assurance de pouvoir rencontrer deux journalistes ­ un Français et un Suisse ­ et un représentant du gouvernement espagnol, a accepté de libérer tous les passagers. Quelques minutes plus tard, l'homme qui semble avoir craqué psychologiquement, était maîtrisé dans le cockpit par la police suisse. Le porte-parole de Greenpeace Espagne a catégoriquement nié toute implication dans ce détournement d'avion: «Nous ne savons rien sur cette affaire et aucun écologiste de notre organisation n'est impliqué dans cette opération», a-t-il déclaré.[...]"

 

Un extrait du site Pionnair-ge.com

"Le dimanche 3 septembre 1995, à 12h45, la tour de contrôle avise la police qu’un détournement d’avion d’Air Inter, Madrid-Paris, est en cours et que l’appareil se dirige vers Genève. L’Airbus A-300 emporte 292 passagers et 10 membres d’équipage. Parmi eux figurent plus de 70 enfants qui rentrent de colonies de vacances. Tout va aller très vite. Quelque 80-90 policiers épaulés par le groupe d’intervention, les tireurs d’élite, les conducteurs de chiens d’explosifs ainsi que le service de dépiègeage sont mobilisés. A 13h09 l’avion se pose en bout de piste. A 14h15, les passagers quittent l’avion et à 14h40 le groupe d’intervention maîtrise le "terroriste" de nationalité espagnole, jugé déséquilibré, qui manifeste à l’encontre des essais nucléaires français dans le Pacifique. Le soir, à 20h19, l’avion atteint Orly avec un nouvel équipage et tous ses passagers."

1/1

Le personnel d'Air France est en grève et envahi les parkings.

Grève Air France Orly 1995

Mouvements avions pour l'année : 245 300 / Passagers : 27 333 000

Les LOGS AVION de l'année : Janvier / Février / Mars / Avril / Mai / Juin / Juillet / Août / Septembre / Octobre / Novembre / Décembre

Lancement du nouveau produit 'La navette' (un vol toutes les 30 minutes) par Air France sur les lignes Marseille, Nice, Toulouse.

Le Beech 100 F-GEXV de Flandre Air est percuté par une charlatte, un jour de brouillard.

Le Concorde F-BTSD sort du hangar d'Air France, peint aux couleurs de Pepsi Cola. Le titre est recouvert d'une immense bâche afin que le titre ne soit découvert qu'au moment de sa présentation officielle à Londres-Gatwick prévue le 02 avril. Il quitte Orly de nuit pour rejoindre Londres où aura lieu la cérémonie du début de sa tournée en Europe et au Moyen-Orient pour promouvoir la marque Pepsi et son nouveau logo. Les ailes sont restées blanches à cause de la température du carburant. L'avion reviendra sur Orly le 09 avril pour être repeint aux couleurs d'Air France après 16 vols (dont les 2 ferry de et vers Orly) entre 10 villes. 2 000 heures et 200 litres de peinture bleue ont été nécessaire à Air France Industries pour cette livrée.

Transfert de la compagnie AOM d'Orly Ouest vers Orly Sud pour les vols Antilles (les autres vols seront transférés le 09 avril).

Un Airbus A320 d'Air Inter Europe opérant le vol IT5243, entre Orly et Perpignan, est braqué à son arrivée à Perpignan. 28 kg de sacs de billets sont dérobés.

 

Un article de Libération.fr publié le 14/08/96 à 09h36: 

Un Airbus braqué à l'atterrissage.

Le vol Paris-Perpignan a été délesté hier de 27 kilos de billets de banque.

 Quand il a lu la banderole «Coupe tes moteurs et ouvre les soutes», le commandant de bord a été sincèrement choqué: au nom de quoi ces truands se permettent-ils de le tutoyer? Vincent Roy a cependant arrêté son Airbus, hier en fin d'après-midi, sur l'aéroport de Perpignan, et cinq à six individus masqués, lourdement armés ont fauché en soute les fonds qu'il transportait. Vingt-sept kilos de billets confiés à la Brinks. On ignorait encore hier soir le butin de l'un des plus jolis hold-up de ces dernières années, mais il promet d'être considérable. «S'ils ont fait tout ça, confirme sombrement un policier, c'était pas pour emporter des figues».

 17h10 à Orly-ouest, hier. Le vol IT 5243 d'Air Inter Europe pour Perpignan est presque plein: 168 passagers pour 172 places, et beaucoup de jeunes enfants à bord de l'airbus A 320. Le vol se passe sans histoire et l'avion se pose un peu en avance, à 18 h 20, sur l'aéroport de Perpignan-Rivesaltes. Au bout de la piste, il y a une petite surprise: une fourgonnette blanche et une camionnette bleu-vert, dont la plaque avant a été arrachée, attendent l'avion à une vingtaine de mètres. Juste après un virage au ralenti, le temps s'immobilise, l'avion aussi. A bord, les passagers commencent à détacher les ceintures et à se lever. Les trois stewards et la chef-hôtesse, qui savent ce qu'ils transportent en soute, comprennent aussitôt et font rasseoir les gens. C'est le commandant de bord qui annonce la nouvelle: «mesdames et messieurs, gardez votre calme. Des hommes s'intéressent à ce que nous avons à bord, et comme ils sont armés, nous devons attendre».

 Le commandant Roy est un peu ennuyé: des six ou sept hommes du commando armés jusqu'aux dents, il n'en voit que deux, ceux qui ont déroulé leur banderole. Ils sont masqués, l'un a ce qui lui semble être une mitraillette, l'autre un genre de fusil à pompe. Il a coupé les moteurs, mais il ne peut pas ouvrir la soute de l'intérieur, et les deux hommes qu'il aperçoit par le cockpit n'ont pas l'air de plaisanter. «Je n'ai pas eu peur, assure Vincent Roy, sauf quand Stéphane, l'un des stewards, est entré dans la cabine. Je me suis dit, ils vont le voir, pourvu qu'ils ne se mettent pas à tirer...»

 Trois minutes. A l'intérieur, l'équipage demande aux passagers de s'éloigner des hublots, et on place les enfants dans l'allée centrale, pour éviter une éventuelle balle perdue. Une dame est certaine d'avoir entendu des coups de feu, mais personne, ni dans l'avion, ni sur les pistes, n'a été blessé. «Les gens étaient très calmes, explique Dominique, 26 ans, ils plaisantaient plutôt. Une fille est sortie en pleurs, mais dans l'ensemble c'était plutôt tranquille». On parle de terrorisme, aussitôt démenti, et on se détend un peu. «Fini l'attaque de la diligence, sourit un steward, maintenant on attaque les avions». L'épisode a été très bref. «Trois minutes, moins de quatre en tous cas, estime Dominique, personne n'a vraiment eu le temps d'avoir peur».

 Les braqueurs, dehors, qui ne voient toujours pas les soutes s'ouvrir, reprennent l'initiative. Le commandant les voit disparaître sous l'avion et excellemment renseignés, se diriger tout droit vers la bonne soute, à l'arrière, qu'ils parviennent très rapidement à ouvrir. Après un voyage jusqu'à leurs camionnettes avec les 27 kilos de billets de la Brinks, qui se refusait hier à tout commentaire, les braqueurs embarquent dans les deux véhicules qui démarrent en trombe vers une route qui donne sur les pistes. Arrivés à une large porte grillagée dont ils ont tordu la serrure à l'aller, probablement en passant à travers la porte, les deux camionnettes s'arrêtent. Quelqu'un de l'aéroport voit les hommes changer de voiture, il file téléphoner sans demander son reste. Eux non plus.

 «Du gros gibier». Les passagers ont finalement pu débarquer avec trois-quarts d'heure de retard, la gendarmerie a aussitôt déclenché le plan Epervier, mais on est tout près de l'Espagne, et les recherches, hier en début de soirée, n'avaient toujours rien donné. L'antenne local du service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Montpellier a été chargée de l'enquête, dans un relatif désordre. L'avion, qui devait retourner à Paris, a été immobilisé sur place, Air Inter a dû en envoyer un autre depuis la capitale pour embarquer les passagers qui s'entassaient dans l'aéroport. L'équipage a été tout de suite entendu, et la compagnie a eu la présence d'esprit de garder les cartes d'embarquement de la dizaine de passagers qui disaient avoir vu quelque chose, et ont témoigné dès hier soir. Les autres devraient être entendu dans les jours qui viennent.

 Ce n'est pas la première fois qu'un avion de ligne est attaqué par des gangsters, un policier se souvient d'une attaque d'avion en Corse, par un hélicoptère. Mais l'affaire reste cependant assez rare et le hold-up d'hier a été très proprement exécuté, si ce n'est que les braqueurs ont oublié un revolver sur la piste. «Des professionnels», constate un enquêteur. «Du gros gibier», dit un autre. par Marc Garmirian (à bord de l’appareil) et Franck Johannes / Libération.fr 09h36 14/08/96."

Mouvements avions pour l'année : 237 000 / Passagers : 25 026 000

Les LOGS AVION de l'année : Janvier / Février / Mars / Avril / Mai / Juin / Juillet / Août / Septembre / Octobre / Novembre / Décembre

Incendie au parking P2.

Mouvements avions pour l'année : 242 000 / Passagers : 24 932 000

Les LOGS AVION de l'année : Janvier / Février / Mars / Avril / Mai / Juin / Juillet / Août / Septembre / Octobre / Novembre / Décembre

Le radar ASTRE 1 est modernisé en ASTRE 2000.

Des braqueurs tente d'attaquer un fourgon de la Brink's sur l'aéroport d'Orly mais le chauffeur du fourgon réussit à s'extirper des pistes sans dommage.

Le 747-400 C-GAGL d'Air Canada bascule sur l'arrière lors de son déchargement.

La tour de contrôle est recouverte sur chaque face, d’une image de footballeurs pendant la coupe du monde de football en France. L'auteur est encore Thierry Baratoux.

1/1

Mouvements avions pour l'année : 241 200 / Passagers : 25 332 000

Les LOGS AVION de l'année : Janvier / Février / Mars / Avril / Mai / Juin / Juillet / Août / Septembre / Octobre / Novembre / Décembre

Arrêt du radar longue portée (primaire TA23/ER720 + secondaire RS770) installé sur un pylône de 30 mètres à côté de l'ancienne tour.

Stefano Savorani détourne un Airbus A320 d'Air France effectuant le vol Marseille-Paris. L'avion se pose à Roissy où il sera arrêté.

1/1

La tempête Lothar touche Orly durant la nuit du 26 au 27. Quelques conteneurs ont été déplacés assez loin et un Fokker 100 d'Air Liberté parqué devant l'aérogare Sud a été déplacé de quelques mètres en tournant malgré la présence de sacs de graviers sur le train d'atterrissage avant. Les vents ont atteint 173 km/h sur l'aéroport.

1/1
 
 
 
 
 

/!\ En cas de recopiage d'informations, merci de respecter mon travail en citant la source /!\

AEROPORT-PARIS-ORLY.COM Chronique d'un aéroport

SITE PERSONNEL

Copyright © Février 2019 Jean-Charles DAYOT