top of page

PARTAGEZ SUR :

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Pinterest

ANNÉES
1975 à 1979

Mise à jour : 15/12/2022
1 9 7 5

CHIFFRES DE L'ANNÉE

AVIONS

Log Avion : 1970 à 1979

COMPAGNIES

ARV: Cyprus Airways, Gulf Air, Korean Airlines

DPT: Air Paris

AUTRES

Directeur Orly: -

PDG ADP: André DECELLE / Jacques LARCHE

1975

Nomination de Jacques LARCHÉ au poste de Président Directeur Général d'Aéroports De Paris.

Lundi 13 JANVIER 1975

ATTAQUE A LA ROQUETTE

 

CONTEXTE

En novembre 1974, Arafat promet à la tribune de l’ONU de renoncer à la lutte armée s’il est aidé par la communauté internationale. Wadie Haddad y voit une capitulation et envoie à Paris un commando de trois palestiniens, formé au Liban à l’usage d’armes anti-chars.

 

DÉROULEMENT

Le 13 janvier 1975, Johannes Weinrich loue une voiture au nom de Fritz Müller, et conduit les trois membres du commando jusqu’à Orly. Carlos (Ilich Ramírez Sánchez) suit dans une voiture, une Peugeot 504 blanche, dans laquelle Weinrich monte à son tour. Un rendez-vous est prévu pour récupérer les trois palestiniens après l’attentat. Ahmed Ammar Tarek est chargé de tirer la roquette d’une petite terrasse à l'aide d'un lance-roquette Strela RPG-7 russe sur un Boeing 707 de la compagnie El Al.

Il doit finalement le faire depuis la route (entre l'aérogare Ouest et Sud). Le Boeing 707, effectuant le vol El Al 231 à destination de Tel Aviv, est au parking D12 mais est caché par un 707 de MEA. Le commandot doit attendre que l'avion d'El Al recule. Il tire mais rate son coup et détruit par erreur un avion yougoslave, le Douglas DC-9 YU-AHP, vide se trouvant derrière, venu de Belgrade. Le DC-9 devait embarquer 31 passagers quelques minutes plus tard. Le 707, avec 136 passagers et 7 membres d'équipage, commence rapidement son roulage puis est stopper plus loin par la Tour de Contrôle. 

Il retourne à la voiture chercher une autre roquette, tire et manque une nouvelle fois. La roquette n'explose pas et termine dans la cantine d'un bâtiment administratif. Ils rejoignent la voiture de Carlos et Weinrich et s’enfuient. 

Seuls 3 blessés sont à déplorer, un steward, un bagagiste dans la soute et un policier à côté de l'avion. Sur place, les policiers retrouvent un pistolet 7,65 ainsi que le pare-brise de la 504 pulvérisé par l'onde de choc. La voiture est retrouvé le lundi à Thiais avec le lance-roquette.

Septembre Noir dit être l’auteur de l’attaque, avant de démentir. Un « Commando Mohammed Boudia » revendique, expliquant que la prochaine fois, il ne manquera pas son but.

750115 - LE BAZOOKA D'ORLY ATTENTAT PALESTINIEN OU CROATE 150175
press to zoom
750115 - LE BAZOOKA D ORLY ON A FROLE LA TRAGEDIE 150175
press to zoom
jat_no331_140175
press to zoom
jat_140175
press to zoom
750115 - APRES L ATTENTAT AU BAZOOKA ENQUETE DIFFICILE A ORLY  150175 num 27979
press to zoom
750114 - lefigaro_140175
press to zoom
750114 - laurore_yuahp_140175_num9445
press to zoom
750114 - BAZOOKA A ORLY 140175 num 331
press to zoom
limpartial_140175
press to zoom
YU-AHP
press to zoom
JAT 13 janvier 1975
press to zoom
1975-Press-Photo-Yugoslavian-Plane-Shot-by-a
press to zoom
E111X4
press to zoom
YU-AHP
press to zoom
E111FE
press to zoom
YU-AHP
press to zoom
YU-AHP
press to zoom
1/1
Dimanche 19 JANVIER 1975

FUSILLADE ET PRISE D'OTAGE

DÉROULEMENT

Le gouvernement français prend au sérieux les menaces, et renforce la présence policière à Orly. Pourtant, le 19 janvier, Ahmed Ammar Tarek, Abu Nidal et Omar Raghdan Fares, reviennent. Peu après 16h, ils récupèrent du matériel caché dans le plafond des toilettes. Bazooka caché sous un manteau ample, l'un d'eux accède cette fois à la terrasse du premier étage.

Le temps de préparer leur roquette, il est trop tard, le Boeing 747 d'El Al est hors de portée. Ils tirent au pistolet sur l'avion. Ils sont alors repérés par un policier présent sur la terrasse qui réplique à la mitraillette. Le terroriste, blessé au bras, se replis dans le grand hall du premier étage où il retrouve ses deux complices. Cherchant à quitter l'aéroport, ils se heurtent à une brigade de policier et lancent une grenade M26 dans la foule puis se réfugient dans les toilettes proches de la chapelle et prennent en otage 10 personnes. Il y a 20 blessés dans la foule dont 8 sérieusement (3 par balles, 5 par éclats de grenade) qui sont évacués.

Des centaines de pompiers, 13 ambulances arrivent à Orly ainsi que des CRS, rangés en bas de l'escalier extérieur qui mène à la terrasse du premier étage. 

Vers 18h, Jean Vaudeville, préfet du Val-de-Marne arrive, suivi pu après du ministre de l'intérieur, Michel Poniatowski.

Vers 19h, le préfet du Val-de-Marne, Jean Vaudeville, fait un bref récit des évènements et raconte que le seul contact qu'ils ont eu avec les preneurs d'otage est une lettre demandant un avion pour 8 heures du matin.

A 02h du matin, ils tirent 2 coups de feu dans le plafond sans que l'on sache la raison.

A 07h, l'ambassadeur d'Egypte, M. Naguib A. Kadry, arrive avec le ministre de l'intérieur. Il va négocier dans les toilettes avec les preneurs d'otage.

A 08h25, une femme enceinte et sa petite fille de 4 ans sont libérées.

A 09h, le Boeing 707 d'Air France, F-BHSQ s'approche de la terrasse. Le ministre cédant pour éviter un bain de sang.

A 09h35, les 3 membres du commando et 8 otages, les yeux bandés, quittent les toilettes. 10 minutes plus tard, les otages sont libérés au pieds de l'escabeau qui permet au commando de monter dans l'avion.

Le 707 est piloté par Jean Vignau, Robert Durin et le mécanicien navigant Marcel Gauthier, tous volontaires. Il décolle à 09h55 pour Bagdad.

C'est finalement à Bagdad que l'avion arrivé à 13h52 après avoir eu plusieurs refus d'autres aéroports de différents pays.

L'avion et l'équipage d'Air France, après avoir déposé les terroristes dans l'après-midi, reviendra à Orly le lendemain à 18h15.

Il est probable qu'un autre terroriste devait être présent dans une voiture pour emmener les 3 preneurs d'otage.

Histoire tirée du livre "Soldats sans victoires" de Robert Pinaud :

"......le 19 janvier 1975 à Orly-Sud, un groupe de terroristes, se réclamant du « Front démocratique pour la libération de la Palestine a choisi pour objectif un avion de la compagnie israélienne "El-Al".

Alors que cet appareil, un « Boeing 747 », démarre en direction des pistes, le groupe ouvre le feu sur lui à partir de la terrasse de l'aéroport.

La C.R.S. 52 de Sancerre est en service de protection à Orly en cette période. Un gardien, Jean-Pierre Pinault, se trouve, à ce moment-là, assez près du lieu d'où semblent provenir les coups de feu. Il se précipite, gravit très rapidement les escaliers situés à l'extrémité ouest du hall, tout en dégainant son arme...

Arrivé sur un petit palier, trois marches en dessous de la terrasse, il voit un terroriste, en position accroupie, qui tient à deux mains un pistolet automatique de gros calibre, avec lequel il fait feu sur le Boeing. Le tireur se présente « de trois quarts dos au gardien...

Ça n'est pas facile d'ouvrir le feu sur un homme qui vous tourne le dos ! Même dans un cas de légitime défense d'autrui ! Pinault pointe son arme sur lui, mais, la gorge sèche et l'estomac noué, il ne presse pas la détente, comme fasciné par une situation qui lui paraît durer une éternité.

Le tireur a perçu une présence hostile derrière lui. Pivotant prestement sur ses talons, il ouvre le feu, au jugé, sur le policier. Celui-ci, incrédule, ressent immédiatement une vive brûlure à l'aine. Sa vue s'embue... Sa tête perçoit d'étranges résonances... Il s'écroule sur les marches... Son pistolet, qui n'a pas servi, lui échappe et part en cascadant dans l'escalier.

Cependant, Pinault n'a pas perdu connaissance, il entend rouler sur le dallage de la terrasse un objet qui, de toute évidence, a été lancé vers lui... Il s'agit d'une grenade !

Le gardien est inerte, ses réflexes ne fonctionnent plus. Ses muscles ne répondent plus. Il est assourdi par une formidable explosion !...

Fort heureusement, le mécanisme de mise à feu de la grenade s'est déclenché avant que cette dernière n'ait commencé à dévaler l'escalier. Jean-Pierre est ainsi épargné par les éclats...

Aux étages inférieurs, c'est l'alarme !

Les éléments de la 52 se précipitent. Le combat s'engage.

Les rafales d'armes automatiques, les explosions de grenades et les coups des armes de poing se font entendre à tous les échos... La fusillade est intense... Les employés, les voyageurs, les visiteurs de l'aéroport, affolés, courent en tous sens.

L'un des terroristes, blessé à la jambe, gît sur le sol. Ses complices sont cernés par le groupe de poursuite du brigadier-chef Lesourd qui les a acculés dans un ensemble de W-C et de lavabos. Tout mouvement leur est désormais interdit.

Là-haut, sur la terrasse, on a découvert et évacué Jean-Pierre Pinault. Il est très sérieusement atteint. Sa jeunesse l'aidera à se tirer d'affaire...

Un brigadier tente une avance en direction des assiégés, mais il essuie un coup de feu qui ne l'atteint pas.

Couvert par ses collègues, le chef Lesourd et deux de ses hommes réussissent à pénétrer dans les toilettes « dames » et à ramener saines et sauves les personnes qui s'y trouvent : trois femmes et un enfant, qui sont immédiatement dirigés vers le hall d'arrivée. Continuant sur la lancée, Lesourd et ses gars se rapprochent subrepticement des toilettes « hommes »... pour en finir...

C'est alors que des voix blanchies par la peur s'élèvent : « Ne tirez plus ! Ne tirez plus ! Nous sommes pris en otages ! Ils veulent nous tuer! Ces supplications sont ponctuées d'un coup de feu tiré par l'un des terroristes...

Le capitaine de la 52 ordonne de cesser le feu, mais de tenir la position pour s'opposer à la fuite du commando. Il a fait venir un fonctionnaire de sa compagnie qui parle arabe. Les premières tractations commencent... Une enveloppe est jetée sur le sol. Elle confirme les exigences énoncées verbalement.

Maintenant les autorités sont arrivées. Michel Poniatowski, le ministre de l'Intérieur, est sur place. Les formations spécialisées sont également là. La presse aussi... Le rôle de la C.R.S. est terminé. Elle reprend ses occupations normales...."  [tiré du site polices.mobiles.free.fr]

Interview d'otages, le Père Louis Vades-Gonnet, Madeleine Gur et Aureo Carreira :

"Les 3 terroristes conversaient entre eux à voix basse, en arabe. Mais il y en avait deux qui s'adressaient aux otages dans un français des plus corrects. L'un des hommes, visiblement, était le chef. Un peu plus âgé que les deux autres, une quarantaine d'années environ, il organisait les tours de garde de ses deux compagnons. Ils ont été, dans l'ensemble, très corrects, mais je crois que si les négociations avaient échoué ils nous auraient tués tout aussi correctement"

"Les terroristes possédaient un transistor. Il nous a donné beaucoup d'inquiétude car les informations rendaient les trois hommes très nerveux."

"ls se sont comportés de façon convenable. Celui qui était blessé au bras droit, était particulièrement agressif et menaçant. Il n'a pratiquement pas lâché la grenade qu'il tenait en main et, sous les prétextes les plus futiles, nous annonçait les pires châtiments, c'est ainsi qu'il nous a interdit de nous asseoir, et nous avons dû passer toute la nuit debout. Cette épreuve a été particulièrement pénible pour ma femme, qui attend un bébé, et qui, dès sa libération, a été victime d'une grave crise de nerf. Le moment le plus angoissant pour nous a été au début de notre captivité, alors que les policiers tentaient de forcer le refuge des terroristes, ignorant que ceux-ci détenaient des otages. Nous avons tous crié ensemble pour manifester notre présence. Alors Les CRS et les gendarmes ont renoncé à prendre d'assaut les toilettes, ce qui, sans doute, nous a sauvés la vie." (source article Le Monde 22/01/75)

Interview de l'équipage :

"Les terroristes ont utilisé des termes très vifs pour condamner M. Yasser Arafat et l'Egypte où ils ont refusé d'atterrir alors que les aéroports arabes se fermaient l'un après l'autre. Le commando était extrêmement nerveux. Ils n'ont pas quitté leurs armes un instant et leur intention était de gagner Djedda ou Aden (fermés) [...]. Lors de l'approche de Bagdad, les terroristes criaient que nous les avions trompés sur notre destination et que nous les déposions au Caire où ils ne voulaient pas aller. Ils se sont un peu calmés lorsqu'ils se sont aperçus que nous nous trouvions effectivement en Irak." (source article Le Monde 23/01/75)

ENQUÊTE

Le 24 mars 1975, les policiers français découvrent que c’est Johannes Weinrich qui a loué les voitures ayant servi aux attentats. Il sera remis aux Allemands puis libéré pour raisons de santé.

1975-01-19 - gettyimages-51417742
press to zoom
1975-01-19 - gettyimages-51417745
press to zoom
1975-01-19 - gettyimages-51417744
press to zoom
priseotage_190175_4
press to zoom
905_001
press to zoom
905_002
press to zoom
priseotage_1975_1
press to zoom
priseotage_190175_1
press to zoom
priseotage_190175_2b
press to zoom
priseotage_190175_2
press to zoom
E11216
press to zoom
E11215
press to zoom
E111WY
press to zoom
E1121B
press to zoom
priseotage_190175_3
press to zoom
1975 - 20 janvier - visite Michel Poniatowski
press to zoom
attentat_190175_5
press to zoom
prise otage  Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
1975 - 20 janvier - transport terroriste
press to zoom
1975 - 19 janvier - priseotage (2).
press to zoom
1975 - 19 janvier - priseotage
press to zoom
1975 - 19 janvier - priseotage - France Aviation 0375
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage ttentat_190175_17
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
attentat_190175_15
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
prise otage Orly 19/01/75
press to zoom
1/1
Mercredi 22 JANVIER 1975

Suite aux attentats, Michel Poniatowski, ministre de l'intérieur, annonce des mesures de sureté. Les terrasses et leurs brasseries seront fermées, les grillages entourant l'aéroport seront relevés à 3 mètres, des badges de couleur seront fournis aux employés pour leur donner accès uniquement  à leurs lieux de travail, des appareils de radiographie seront mis en place pour le repérage d'armes dans les bagages. (source article Le Monde 23/01/75)

Samedi 09 AOUT 1975

La terrasse du 4ème étage est de nouveau ouverte. Elle est entourée de parois vitrées en polycarbonate de 22 millimètres d'épaisseur à l'épreuve des balles et de 2,50 à 3,20 m de hauteur. Elle est en outre recouverte d'un filet en nylon au maillage très serré, 5 cm sur 5 cm, qui empêchera la projection de grenade. Cette modification aura coutée 500 000 francs. Les autres terrasses restent fermées. .(source article Le Monde 02/07/75)

SEPTEMBRE? 1975

La maquette du Concorde prend feu. DOSSIER

SSC f-wtsa 200576 (13)
press to zoom
SSC f-wtsa 200576 (12)
press to zoom
1/1
1 9 7 6

CHIFFRES DE L'ANNÉE

AVIONS

Log Avion : 1970 à 1979

COMPAGNIES

ARV: Air Ceylon

DPT: Gulf Air, Rousseau Aviation

AUTRES

Directeur Orly: -

PDG ADP: Jacques LARCHE

Jeudi 05 FEVRIER 1976

La Caravelle F-BHRA d'Air France est transportée par la route d'Orly à Vilgenis. La dérive et les ailes ont été découpés, les moteurs retirés. Le convoi se compose de 3 semi-remorques.

1976 - 05 fevrier - Caravelle f-bhra - F
press to zoom
Caravelle F-BHRA Orly
press to zoom
Caravelle F-BHRA Orly
press to zoom
Caravelle F-BHRA Orly
press to zoom
Caravelle F-BHRA Orly
press to zoom
1/1
Vendredi 30 AVRIL 1976

Le DC-10 TC-JAY de la Turkish Airlines effectuant le vol Orly-Istanbul est détourné par un migrant turque Zeti Hejdser, 36 ans, qui était expulsé, ayant perdu son emploi. A 22h30, l'avion décolle et peu après, armé d'un couteau, il prend en otage une hôtesse. Il demande à être transporté à Marseille ou Lyon mais personne ne laisse l'avion se poser. L'avion revient alors sur Orly vers 01h du matin après 02h30 de vol. Le pirate de l'air s'est rend à 03h du matin.

Il est expulsé le lendemain dans un DC.10 de la Turkish à destination d'Ankara.

1976-05-01 - detournement THY - The Windsor Star
press to zoom
1/1
Jeudi 20 MAI 1976

Le Concorde F-WTSA arrive à Orly. Il quitte Toulouse à 15h19 et arrive à 16h26 après 314 vols, 610h58 de vol effectif (dont 281h17 en supersonique). Le Commandant de bord n'est autre que Jean Franchi qui était déjà aux commandes du F-WTSA lors de son premier vol. ADP, a qui il a été donné, le réceptionne. Les moteurs et différentes pièces sont retirés pour servir de pièce de rechange aux Concorde d'Air France. Les équipements de test situé dans la cabine sont aussi retirés et remplacés par quelques sièges et racks à bagages pour les visites. Il sera positionné au parking P7 de l'aéroport à côté du prototype de la Caravelle (F-BHHH) et remplace une maquette de Concorde à l'échelle 1 qui sera ensuite détruite. DOSSIER

SSC f-wtsa 200576 (2)
press to zoom
1/1
Dimanche 27 JUIN 1976

DÉTOURNEMENT SUR ENTEBBE

L'Airbus F-BVGG d'Air France effectuant le vol AF139 Tel Aviv-Athènes-Paris Orly (244 passagers et 12 membres d'équipage) est détourné sur Benghazi en Libye puis sur Entebbe en Ouganda. L'armée israélienne fit un raid sur l'aéroport pour libérer les otages.

 

PRISE D’OTAGES

Le 27 juin 1976, le vol Air France 139, un Airbus A300B4 immatriculé F-BVGG, venant de Tel Aviv en Israël et transportant 244 passagers et douze membres d'équipage, décolla d'Athènes en Grèce, pour rejoindre Paris en France. Peu après le décollage à 12h58 GMT d'Athènes, le vol fut détourné par quatre terroristes. Les preneurs d'otages, deux membres du Front populaire de Libération de la Palestine et deux Allemands (Wilfried Böse et Brigitte Kuhlmann) membres des Revolutionäre Zellen prirent le commandement de l'avion et le détournèrent sur Benghazi en Libye. L'avion se pose finalement à Tripoli à 15h00 GMT. Là, il resta au sol pendant sept heures pour réapprovisionner en carburant et pour relâcher une femme otage (Patricia Heiman, ressortissante britannique gravement malade), puis redécolla à 20h00 GMT pour se poser à 22h40 GMT (01h40 locales lundi 28 juin) à l'aéroport international d'Entebbe en Ouganda.

 

À Entebbe, les quatre preneurs d'otages furent rejoints par trois autres pirates à 05h40 GMT (08h40 locales), et obtinrent le soutien des forces pro-palestiniennes du président ougandais, Idi Amin Dada. Les pirates étaient commandés par Wilfried Böse (et non pas, comme il est dit parfois, par Ilich Ramírez Sánchez dit « Carlos »). Ils exigeaient la libération de quarante Palestiniens emprisonnés en Israël et de treize autres détenus au Kenya, en France, en Suisse et en Allemagne. A 07h11 GMT, le maréchal Amine Dada, chef de l'Etat ougandais arrive à l'aéroport.

 

Les passagers étaient retenus en otages dans le hall de transit du vieux terminal de l'aéroport international d'Entebbe. Les preneurs d'otages en relâchèrent dans un premier temps un grand nombre, ne gardant que les Juifs, qui étaient menacés de mort au cas où Israël n'accéderait pas à leur demande.

Mercredi 30, 47 passagers dont 33 français (femmes, enfants et vieillards) sont libérés à 10h30 GMT. Ils arrivent à Orly le soir à bord d'un Boeing 707 d'Air France. Un israélien de 80 ans est aussi libéré dans l'après-midi.

Vendredi 02 juillet, le maréchal Amine dada quitte Entebbe à 05h30 GMT. Un second groupe de 100 otages sont libérés et arrivent à Orly.

Samedi 03 juillet, l'assaut est donné par l'armée israélienne.

Dimanche 04 juillet, à 22h55, 14 passagers et les 12 membres d'équipage (pilote Michel Bacos, copilote M. Lom, officier mécanicien M. Lemoine) arrivent à Orly.

RAID ISRAELIEN - OPERATION JONATHAN

Le gouvernement d'Israël laissa croire aux preneurs d'otages que pour la première fois de son histoire, Israël acceptait de négocier. En fait, le gouvernement décida plutôt d'entreprendre une action militaire de secours pour libérer les otages restants. Après plusieurs jours passés à réunir des renseignements et à planifier l'opération, trois avions de transport Hercules C-130 de l'armée de l'air israélienne décollèrent secrètement d'Israël et atterrirent à l'aéroport d'Entebbe sans être repérés par le contrôle aérien ougandais, suivis par la suite d'un avion contenant des équipements médicaux, qui atterrit à l'Aéroport international Jomo Kenyatta à Nairobi au Kenya. Un autre avion, hébergeant le poste de commandement de l'opération, était parvenu au-dessus de l'aéroport d'Entebbe.

 

Une centaine de soldats, incluant les membres du commando d'élite Sayeret Matkal, appuyés par la brigade Golani et probablement quelques hommes du Aman ou Mossad furent envoyés à Entebbe, avec le soutien du gouvernement kényan, alors adversaire du régime d'Idi Amin Dada.

 

Les forces israéliennes atterrirent à 23 h, avec les portes des avions cargo déjà ouvertes. Une Mercedes noire et une Land Rover, des modèles identiques à celles utilisés par Amin Dada et ses gardes du corps lorsqu'ils venaient régulièrement rendre visite aux otages furent employées pour détourner les soupçons, et conduites par les soldats israéliens grimés de l'avion jusqu'au terminal. Elles étaient prêtées par des civils israéliens, et apparemment repeintes en noir pour le raid, étant entendu qu'elles seraient retournées aux propriétaires avec leur couleur d'origine.

 

Les responsables ougandais de la tour de contrôle furent apparemment confondus par ce stratagème, si bien qu'ils laissèrent la Mercedes et la Land Rover approcher du terminal. Les otages étaient assis dans le hall principal du bâtiment, directement adjacent à la voie de roulage. Les Israéliens sautèrent alors de leurs véhicules et jaillirent brusquement dans le terminal en criant : « À terre ! À terre ! » en hébreu. Un otage fut abattu. Trois pirates de l'air dans le bâtiment visèrent alors les troupes israéliennes avec leurs armes et furent abattus. Un autre soldat demanda en hébreu : « Où sont les autres ? » en parlant apparemment des terroristes. Les otages désignèrent la porte adjacente. Les soldats israéliens dégoupillèrent alors leurs grenades à main, défoncèrent la porte et les lancèrent à l'intérieur de la pièce. Après les explosions, des soldats des commandos entrèrent dans la pièce et tuèrent les trois autres preneurs d'otages, assommés par l'explosion. Les Israéliens retournèrent alors à leurs avions et commencèrent à embarquer les otages à bord. Quelques soldats ougandais commencèrent alors à leur tirer dessus depuis le toit de l'aéroport, tuant deux otages. Les Israéliens répliquèrent sans subir plus de pertes dans leurs rangs et achevèrent ainsi l'embarquement. On a dit que c'est à ce moment-là que le commandant de l'opération, Jonathan Netanyahou, a été tué. Mais dans son livre intitulé Entebbe : un moment défini du terrorisme, Iddo Netanyahou a dit que Jonathan était sur le point d'entrer dans le terminal quand il a été touché par une rafale de AK-47. Il aurait alors donné l'ordre d'évacuer les otages avant qu'on s'occupe de ses blessures. Il mourut tandis qu'il était en train d'être évacué dans le C-130.

 

Le raid dura environ une trentaine de minutes et six preneurs d'otages furent tués. Un otage fut tué par les forces israéliennes. Sur 103 otages juifs, trois moururent. On a spéculé sur le fait que les forces israéliennes avaient capturé des preneurs d'otages, mais il n'y eut jamais de confirmation sur ce point. Le colonel Jonathan Netanyahou (frère de l'homme politique israélien Benyamin Netanyahou) a été le seul militaire israélien tué durant le raid. Un total de quarante-cinq Ougandais furent tués durant le raid, et les avions de combat ougandais entreposés sur la piste détruits, il s'agissait de quatre MiG-17 et de sept MiG-21 (ce qui représentait un quart de l'aviation ougandaise). Les otages furent transportés après les combats en Israël via Nairobi.

 

Dora Bloch, une otage de 73 ans, était à l'hôpital de Kampala lors du raid israélien, admise à la suite d'un grave malaise. C'est là qu'elle mourut. En avril 1987, Henry Kyemba, alors ministre ougandais de la Santé, a raconté à la commission ougandaise des droits de l'homme que Dora Bloch a été traînée de force hors de l'hôpital et assassinée par deux officiers de l'armée suivant les ordres d'Amin Dada. Ses restes furent récupérés en 1979 à la suite de la guerre entre la Tanzanie et l'Ouganda qui précipita la chute du dictateur.

 

ANALYSE

Une des raisons du succès du raid a été le fait que le terminal où ont été retenus les otages a été construit par une entreprise israélienne. Les entreprises israéliennes étaient souvent impliquées dans la construction de bâtiments en Afrique durant les années 1960 et 1970. L'entreprise ayant construit le terminal avait toujours les plans, et les a fait parvenir au gouvernement israélien. De plus, plusieurs des otages relâchés ont donné de précieux renseignements sur l'aménagement intérieur des bâtiments, le nombre de preneurs d'otages, l'implication des troupes ougandaises et beaucoup d'autres détails importants. Durant la préparation de l'opération, il fut construit une réplique partielle de l'aéroport avec l'aide de civils israéliens ayant travaillé à sa construction.

 

Durant la semaine précédant le raid, Israël a essayé d'obtenir la libération des otages par diverses voies. Beaucoup de sources indiquent que le gouvernement israélien avait préparé la libération des prisonniers palestiniens en cas d'échec de la solution militaire. Un officier à la retraite, Chaim Bar-Lev, ayant connu pendant longtemps Amin Dada et ayant des relations personnelles fortes avec lui, a essayé de négocier sans succès au téléphone avec celui-ci pour obtenir la libération des otages.

 

CONSÉQUENCES

Le 6 juillet 1976, le gouvernement ougandais a — par l'intermédiaire de l'OUA (Organisation de l'unité africaine) auprès de l'ONU — convoqué une session du Conseil de sécurité de l'ONU, afin d'obtenir une condamnation du raid israélien pour violation de sa souveraineté nationale. Le Conseil de sécurité refusa de passer une résolution dans ce sens.

 

À l'adresse du conseil de sécurité, l'ambassadeur israélien Chaim Herzog déclara :

 

« Nous avons un message simple au Conseil : nous sommes fiers de ce que nous avons fait, parce que cela démontre au monde entier que pour un petit pays, Israël en la circonstance, avec lequel les membres du Conseil de sécurité sont maintenant tous familiers, la dignité, la vie humaine et la liberté constituent les valeurs les plus élevées. Nous sommes fiers, non seulement parce que nous avons sauvé la vie d'une centaine de personnes innocentes — hommes, femmes et enfants — mais aussi parce que la signification de notre acte signifie la liberté humaine. »

— Chaim Herzog, Heroes of Israel, p. 284

 

Le succès de ce raid a aussi affaibli le gouvernement dictatorial d'Idi Amin Dada et renforcé ses opposants. Le régime tomba trois ans plus tard, en avril 1979.

FILMS

L'événement a été le sujet de plusieurs films.

 

Victoire à Entebbé (1976) : avec Anthony Hopkins, Burt Lancaster, Elizabeth Taylor et Richard Dreyfuss

Raid sur Entebbe (1976), téléfilm américain d'Irvin Kershner, avec Peter Finch, Horst Buchholz, Charles Bronson, Yaphet Kotto

Mission Yonathan (titre anglais : Operation Thunderbolt) (1977)

Operation Yonathan Entebbe : avec Yehoram Gaon

Il en est également question dans Le Dernier Roi d'Écosse de Kevin Macdonald. (récit de wikipedia)

1976-07-01 - retour otage entebbe
press to zoom
5c9b84222400009e00066b44
press to zoom
961_001
press to zoom
961_002
press to zoom
Retour Otage Entebbe Orly
press to zoom
Retour Otage Entebbe Orly
press to zoom
Retour Otage Entebbe Orly
press to zoom
1/1
Jeudi 22 JUILLET 1976

Retour de l'Airbus d'Air France F-BVGG détourné le 27 juin sur Benghazi puis Entebbe. Le fuselage compte plusieurs impacts de balle.

OCTOBRE 1976

Un 707 de la TWA effectuant le vol New York-Orly est détourné par des terroristes croates qui prennent en otage 93 personnes. Les terroristes menacent de faire sauter l'avion. Ils exigent et obtiennent que 4 grands journaux américains dont le New York Times, publient 2 déclarations autonomistes croates et que la TWA mette à leur disposition un autre 707 pour les escorter et déverser des tracts nationalistes croates sur les capitales européennes. Il finissent par se rendre aux autorités parisiennes et libèrent les otages.

1 9 7 7

CHIFFRES DE L'ANNÉE

AVIONS

Log Avion : 1970 à 1979

COMPAGNIES

ARV: Kenya Airways

AUTRES

Directeur Orly: -

PDG ADP: Jacques LARCHE / Raoul MOREAU

1977 - janvier - carte LFPO3
press to zoom
1977 - janvier - carte LFPO
press to zoom
1977 - janvier - carte LFPO2
press to zoom
1/1
Vendredi 18 MARS 1977

Grève de 24 heures des pompiers occasionnant l'annulation de plusieurs vols.

Mercredi 30 MARS 1977

Dans la nuit du 29 au 30, les compagnies dites du premier et deuxième niveau sont transférés du Bourget sur Orly (KLM et SAS à Roissy). 12 compagnies régulières et une quarantaine de transport à la demande sont transférés.