AEROPORT-PARIS-ORLY.COM Chronique d'un aéroport

Copyright © Février 2019 Jean-Charles DAYOT

 

HISTOIRES INSOLITES -1

Voici quelques histoires insolites à Orly, quelques coquilles sur des telex.  

Toutes ces anecdotes sont vraies, les noms de certaines compagnies ont pu être modifiés.  

Certaines anecdotes doivent être replacées dans le contexte de l'époque (elles ne seraient plus possible de nos jours).

001. PASSAGER CLANDESTIN  14 MAR 2018

Sur un avion parqué au large, la porte de l'avion est fermé et l'escabeau retiré. Juste avant le repoussage, le pilote demande aux agents au sol de repositionner l'escabeau.... un agent de passage était resté à bord.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

003. PASSAGER INSTRUMENT DE MUSIQUE  -

Un passager X se présente à l'enregistrement avec un violoncelle. Comment faire simple se dit l'agent d'enregistrement ? Ben en enregistrant le passager Monsieur X et le passager Monsieur 'Instrumentmusique' ! Il ne fallait pas s'étonner que le comptage des hôtesses ne correspondait pas au nombre de passagers du logiciel d'embarquement ! Retrouvez dessous  d'autres exemples d'instruments de musique passagers.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

004. PRISE D'OTAGE  14 FEV 2003

Un passager X se présente à l'enregistrement avec un violoncelle. Comment faire simple se dit l'agent d'enregistrement ? Ben en enregistrant le passager Monsieur X et le passager Monsieur 'Instrumentmusique' ! Il ne fallait pas s'étonner que le comptage des hôtesses ne correspondait pas au nombre de passagers du logiciel d'embarquement ! Retrouvez dessous  d'autres exemples de passagers 'bizarres'.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

005. PRISE D'OTAGE bis  14 JUIL 2003

Le vol 1019 de la compagnie française Aeris, en provenance de Cancun s'est posé hier à Orly trente heures après l'heure initialement prévue ! Les raisons de son retard n'ont pas été communiquées. A leur arrivée à Orly, 202 passagers ont exigés un dédommagement de la part de la compagnie. Ce n'est qu'après maintes négociations qu'Aeris a accepté de régler les frais d'hôtel et de taxi. Cependant, une cinquantaine de passagers jugeant cette mesure insuffisante ont organisé un sitting dans l'appareil de 19h40 hier à 03h00 aujourd'hui ! Ces derniers ont également fait part de leur intention de créer un collectif dans le but d'obtenir des dommages et intérêts.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

006. TÊTE EN L'AIR  07 MAR 2004

On prend 2 avions de la même compagnie italienne, même horaire, l'un à destination de Milan et l'autre de Venise avec un seul chef d'équipe pour les 2 vols. Dans la précipitation, le coordinateur a donné le plan de chargement du vol d'à côté sur le mauvais avion et le chef d'équipe n'y a vu que du feu ! Résultat, les bagages Milan ont été chargé dans l'avion pour Venise. Par chance, il s'est rendu compte de son erreur et les bagages ont été déchargés et ont pu prendre place dans les bons avions.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

007. UN DÉPART SUR 2 JOURS  13 NOV 2004

Pas commun... A Fort-de-France, L'avion, en partance pour Orly, quitte son parking le 13 et décolle le lendemain.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

008. PSYCHOSE  20 OCT 2001

Voici le décor…. Octobre 2001, 1 mois après le fameux 11 septembre. Il fait nuit, il pleut. Le vol AOM 2251 doit partir à 21h30LT pour La Réunion.  Le vol s’enregistre normalement, juste à signaler qu’un passager voyage avec une malle remplie d’armes de collection en soute mais la douane a vérifié donc tout va bien..

20h40, le chef avion lance l’embarquement. 3 personnes de la Brink’s vérifient les cartes d’identité et certains bagages à main des passagers après leur passage en porte.

21h10, quasiment plus personne à passer en porte d’embarquement quand arrivent 2 personnes barbues. Vu la tension dans le monde à cette époque, le chef avion se dit ‘tout le monde doit penser qu'ils ont le look de terroristes’. Curieusement, au lieu de se mettre dans la petite file, les deux s’asseoient et attendent qu’il n’y ait plus personne en porte mais bon, généralement, on se fait discret quand on veut faire quelque chose d’interdit alors le chef avion les oublie..

Le chef avion descend sous l’avion pour apporter les objets sécu (retirés aux passagers en porte) et remonte pour enlever la passerelle, tout content de voir que son avion va partir à l’heure, même en avance, il est environ 21h20…

Arrivant dans la passerelle, il voit le personnel de la brink’s vérifiant les papiers et bagages à main des 2 barbus et d’une troisième personne… Il va voir le commandant de bord qui lui dit ‘t’as vu les passagers ?, les bagages ont été sécurisé ?’… Après vérification, exceptionnellement, l’enregistrement s’était effectué dans une zone où il n’y avait pas de machine pour contrôler tous les bagages aux rayons X… Les pnc discutent entre eux, une pnc en larme, un climat de psychose s’installe à bord. Chef d’escale, superviseur, pnc, pilote, brink’s.. bref, beaucoup de monde dans la passerelle….

En fait, ce qui est remis en cause est l’attitude ‘provocatrice’ et ‘douteuse’ de ces hommes. Plusieurs détails qui, accumulés, ont commencé à faire peur aux pnc ; regard bizarre envers l’équipage, leur silence durant le 2ème contrôle un peu poussé, le fait de s’être retrouvés tous les 3 en même temps en tee-shirt blanc, le désir de l’un des 2 barbus de voyager sur un siège particulier et pas à côté de son ami, le refus de l’autre de changer de place pour mettre une famille ensemble, l’un voyageant avec un poste de radio en cabine…. Bref, comme si, ils voulaient faire peur à l’équipage en faisant croire qu’ils avaient prévus quelque chose.

Vu l’ambiance au niveau de l’équipage, il faut absolument débarquer les 3 personnes surtout que les passagers commencent à se poser des questions.. La police arrive pour récupérer ces passagers… 5 militaires en kaki, armés, 2 CRS et 1 chef de police….

Pendant ce temps, les bagagistes se retrouvent sur le loader pour chercher leurs bagages, dans le noir et sous la pluie… une vraie galère !… Le chef d’escale de retour sur l’avion nous dit que le chef de police n’avait pour l’instant rien à reprocher aux 2 barbus mais que l’équipage avait bien fait de les débarquer pour leur donner une bonne leçon vu leur attitude provocatrice. Quant au 3ème, il restera au poste pour détention de cannabis…

Evidemment, l’heure tourne et les passagers rentrent dans la psychose… Un groupe de 30 personnes signalent à l’équipage qu’ils veulent descendre, qu’ils n'ont plus confiance dans la sécurité de ce vol…. 30 passagers ça veut dire au moins 30 bagages à descendre… et le temps ne s’arrête pas et le terrain d’Orly ferme a 23h30…

Pendant que la recherche bagage continue, le pilote, les superviseurs, discutent avec quelques passagers pour leur expliquer ce qu’il se passait et qu’on débarquait les bagages mais visiblement, d’autres passagers se posaient des questions…

22h20, les 5 bagages sont retrouvés. On ferme les soutes et le chef avion remonte en courant pour demander au pilote d'annoncer aux passagers qu’on est prêt à partir mais le calme n’est toujours pas revenu et le chef d’escale parle de faire une reconnaissance bagages pour rassurer tout le monde… Une reconnaissance bagage a 22h20, dans le noir, sous la pluie, avec 230 passagers, 3 bagagistes seulement… avant 23h30.. l'espoir fait vivre…

Finalement après parlementation, l’avion partira à 22h40 et arrivera à La Réunion sans encombre….

Concernant les 3 pseudos-terroristes, ils repartiront le lendemain sur le vol Réunion de l’après-midi… même chef avion, même chef d’escale de permanance, même loadmaster… mais sans problème ce coup-ci, juste le 3ème individu accompagné par la police, rallant un peu d’avoir passer 15 heures au poste !

Un article concernant cet incident a été écrit sur le site Clicanoo.com pour protester contre cette 'discrimination'.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

009. SAIGNEMENT  DEC 2012

Sur une arrivée night stop (avion qui ne repart pas et qui passe la nuit sur l'aéroport), le pilote prévient la tour de contrôle d'une urgence médicale. L'un de ses passagers se plaint de saignement au niveau du...... pénis !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

010. J'Y SUIS, J'Y RESTE  26 DEC 2012

Chaque matin, une compagnie a un vol à destination de Londres (non schengen) et un autre pour Nantes, l'un partant 1 heure après l'autre. Les 2 Fokker 50 ont dormis sur l'aéroport. Le premier équipage arrive sur le tarmac et voit l'un des appareils de sa compagnie juste en face. Il s'installe à bord puis en écoutant le chef avion faire son briefing sur les informations du vol, le pilote lui dit qu'il ne va pas à Londres mais à Nantes. Après vérification auprès des opérations de la compagnie, cette dernière confirme que l'équipage s'est trompé d'avion. Le pilote, n'ayant sans doute pas eu de cadeaux pour Noël a refusé de quitter l'avion et a contacté les opérations afin qu'ils croisent les 2 appareils pour pouvoir rester dans celui-ci. L'avion est parti en retard car il a fallu notamment décharger le catering (plateaux repas) de l'autre avion pour le mettre dans celui-ci, prévoir des bus pour embarquer les passagers dans cet avion (l'autre était au contact de l'aérogare avec un embarquement à pieds), etc. Sacré pilote.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

011. PERSONNE NE FERME LA PORTE?  SEP 2015

Un agent intérimaire était en charge de la coordination d'un vol pour le Portugal. L'avion est un Fokker 100. Une fois tout le monde à bord, l'agent attend que la chef de cabine ferme la porte de l'avion pour qu'il puisse retirer la passerelle. Pendant 5 minutes, personne ne bouge et rien ne se passe. C'est alors que la représentante compagnie arrive dans la passerelle et demande à l'agent pourquoi n'enlève-t-il pas sa passerelle.

Ce dernier lui répond qu'il attend que la chef de cabine ferme la porte de l'avion. Oui mais il avait oublié que sur le Fokker 100, l'avion est équipé qu'un escalier incorporé sur la porte. Cette dernière s'ouvre donc vers le bas et la passerelle de l'aéroport se positionne au dessus de la porte. Pour refermer la porte, il faut donc d'abord retirer la passerelle de l'aéroport pour pouvoir remonter ensuite la porte de l'avion. L'agent n'a pu continuer à traiter des vols de cette compagnie pendant plusieurs semaines.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

012. PIPI  NOV 2012

Lors d'une arrivée au large avec un avion de type CRJ, le chef avion remarque un passager qui se dirige vers l'avant de l'avion au lieu de monter dans le bus. Le passager disparaît derrière le groupe qui génère de l'énergie externe pour alimenter l'avion. Il se dirige alors vers le passager pour lui dire de ne pas rester sur le tarmac et de monter dans le bus. Il découvre alors le passager en train d'uriner sur le groupe... Il a alors décidé de le laisser finir avant de le diriger vers le bus.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

013. NOUS VOULONS MONTER DANS L'AVION  12 JUIN 2013

En ce jour du 12 juin 2013, les contrôleurs aériens sont en grève. Bon nombres de vols sont annulés notamment à Orly et de nombreux créneaux allant jusqu'à plusieurs heures régulent les vols opérants.

Le Boeing 737 est arrivé de Batna à 13h45. Il doit repartir sur Batna dans l'après-midi. L'avion est parqué au large, à 400 mètres de la salle d'embarquement.

Les passagers embarquement par bus. Une fois tout le monde à bord, un nouveau créneau tombe, pour plusieurs heures après. L'équipage décide de faire débarquer les passagers pour les faire attendre dans la salle d'embarquement.

Finalement, les opérations décident d'annuler le vol. Une trentaines de passagers mécontents forcent le passage de la porte d'embarquement et marchent à pieds pour rejoindre l'avion. Arrivés sur place, certains essayent d'ouvrir la porte de l'avion, l'équipage l'ayant déjà fermée. Voyant le nombre de passagers s'accumuler au pieds de l'escabeau, l'équipage se réfugie dans des locaux proches. Seul le capitaine reste à l'avion pour essayer de négocier avec les passagers. Il faudra attendre l'arrivée de la gendarmerie pour ramener les passagers à la raison et dans la salle d'embarquement.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

014. ATIS  25 DEC 2012

Chaque aéroport possède un ATIS qui communique à tout moment des informations sur les pistes en service, les conditions météos, etc. Chaque pilote entrant dans la zone de l'aéroport doit écouter la dernière information donné par l'ATIS. Pour ce 25 décembre, on pouvait entendre sur l'ATIS d'Orly, après l'annonce des mesures du vent '...vive le vent, vive le vent d'hiver et Joyeux Noël...'.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

015. OUBLI À BORD  MAR 2019

Après le débarquement d'un avion en provenance des Antilles, le ménage commence son travail. Puis, le superviseur de l'équipe de ménage appelle le coordinateur ayant fait l'arrivée pour qu'il vienne récupérer un objet oublié à bord par un passager. Le coordinateur se rend à l'avion et repart avec..... un soutien gorge....

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

016. OH UN KIWI  1999

Un chef avion, ça court souvent. Oui mais ce jour là, un kiwi (provenant sans doute du vol précédent) traînait sur l'escalier de la passerelle de l'aérogare et en descendant, le chef avion a glissé et s'est tordu la cheville !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

017. IL EST OÙ L'AVION?  07 JUIL 2004

Sur un vol de la compagnie italienne Volare, un mécanicien vient faire son petit tour de l'avion puis disparaît pour aller chercher quelque chose. Les passagers embarquent, le coordinateur retire la passerelle 5 minutes avant l'heure normale, ne sachant pas que le mécanicien a besoin de revenir à l'avion. Soudain, le gentil petit mécanicien arrive et gare sa petite Fiat Panda à côté de la passerelle à 5 mètres de l'avion. Le mécanicien sort et se dirige vers l'avion sans s'apercevoir que ce dernier commence déjà à rouler ! En relavant la tête, scotché, il se rend compte que l'avion roule et que la passerelle est retirée. Une vraie scène à la Pierre Richard !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

018. CHAUD DEVANT  -

Un 747 décolle de l'aéroport de la Réunion à destination d'Orly. Après avoir atteint son altitude de croisière, le Commandant s'adresse aux passagers via l'interphone :
 'Mesdames et Messieurs, c'est le Commandant de bord Henry XXX qui vous parle. La météo est excellente et nous prévoyons un vol sans incident. Nous devrions atterrir à Paris à 08h35. Après le film, je vous conseille de vous détendre et ... relax.. Oh non !!! Mon Dieu !!!...
 On entend un bruit sec et ... plus rien !!! Silence de mort dans l'avion, les passagers se regardent, personne ne bouge...
 L'avion maintient pourtant son cap et son altitude, mais les hôtesses sourient nerveusement.......!! Mauvais signe ! Après quelques minutes, le Commandant revient au micro : 'Je tiens à m'excuser pour l'incident de tout à l'heure, mais on a renversé du café brûlant sur mon pantalon! Vous devriez voir le devant de mon pantalon. Un passager hurle alors 'Ce n'est rien, vous devriez voir l'arrière du mien...!!!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

019. VOL DE POISSE  28 NOV 2004

Nous voici sur un vol à destination de Tunis. Notez dans un coin de votre tête que le départ était prévu à 17h40 et que l'avion a du partir de Tunisie vers 13h30, arrivé à la fin de l'histoire, vous aurez surement une pensée pour ce pauvre steward.

 

Le pneu: Ça commence par le problème du pneu. Chargement stoppé pour attendre la décision du pauvre mécanicien, submergé par le boulot. Après plus d'une heure de retard, des dizaines de coups de fil au mécanicien pour savoir où il était, savoir s'il allait changer le pneu, quelques insultes entre le mécanicien et les représentants compagnie, le pneu est finalement changé et le chargement et embarquement se déroulent.

 

Le problème hydraulique: 19h20, une fois tout le monde à bord, une fuite hydraulique apparaît! Avion no-go, vol annulé. Les passagers sont re-protégés sur 2 autres vols, l'un à destination de Tunis et l'autre de Djerba. Les PNC du vol annulé transfert eux mêmes les trolleys de nourriture par le couloir longeant la salle d'embarquement mettre dans les 2 autres avions. Evidemment, les trolleys étaient trop gros pour être installés dans les 2 autres avions plus petits, ils ont donc du les vider, mettre leur contenu dans les trolleys présents dans les 2 autres avions puis de les ramener vide dans l'avion en panne.... joli spectacle devant les passagers ! Après le transfert effectué, l'équipage quitte l'avion en panne pour rejoindre leur hôtel.

 

Les bagages: Pendant que les passagers étaient transférés dans les 2 autres avions, un autre problème est apparu. L'avion en panne d'hydraulique avait la soute avant grande ouverte avec les palettes de fret mais la porte de la soute arrière n'était que très peu ouverte et impossible de les bouger sans hydraulique, même manuellement d'après le mécanicien (??!)  Résultat, les passagers sont bien partis en Tunisie mais sans leurs bagages... et en plus, le chef d'escale n'a pas jugé bon de les prévenir pour éviter une émeute sur place vu le bordel que c'était déjà.

 

Le départ: 21h20, les 2 avions partent enfin, sans les bagages des passagers du vol annulé. Vous imaginez que l'histoire est fini mais non !

 

Le tractage: 22h, le gestionnaire de l'aéroport demande au service trafic de la société d'assistance de tracter l'avion au large. Après avoir prévenu tous les intervenants (représentants compagnie, push, gestionnaire de l'aéroport, etc.), le mécanicien annonce que l'avion n'est pas tractable sans hydraulique. L'avion va donc dormir en B04 au damne d'ADP car il bloque un parking au contact pour rien.

 

Les soutes: 22h30. Nouveau petit soucis, il n'est pas bon de laisser des bagages toute une nuit sans surveillance! Le superviseur trafic appelle les représentants de la compagnie pour leur demander ce qu'ils ont prévu pour les bagages cette nuit. Pour eux, pas de soucis, le mécanicien doit revenir sur l'avion et réussir à fermer les soutes en manuel en suivant les instructions des mécaniciens présents en Tunisie. Après vérification avec le mécanicien, celui-ci confirme qu'il ne peut pas fermer les soutes. La gendarmerie est prévenu du problème et savoir si ça leur pose un problème et surtout pour qu'ils ne soient pas surpris en faisant leur ronde de voir les soutes ouvertes et remplies! Pour eux, il confirme qu'il faut une personne qui reste sous l'avion toute la nuit ! Les représentants de la compagnie sont de nouveau contactés, après plusieurs appels. La première est rentrée chez elle et nous dit d'appeler le chef d'escale qui doit être sous l'avion. Lui-même nous dit qu'il n'est plus là et qu'on doit appeler le 3ème laron qui lui, doit être sous l'avion et enfin, ce dernier, n'est pas sous l'avion mais au bureau et s'imagine que l'histoire est finit et s'apprête à rentrer chez lui. Bref, après quelques coups de téléphone pour trouver une personne pour surveiller les bagages sans succès, les représentants de la compagnie prennent la responsabilité du chargement pour la nuit et s'arrange avec la gendarmerie qui accepte de faire des rondes régulières auprès de l'avion.

 

La surprise: 23h20, le superviseur trafic demande au dernier agent de trafic d'aller vite-fait retirer la passerelle de l'avion (question sûreté, aucun moyen d'accéder dans l'avion doit être possible durant la nuit). Partant pour une tache qui devait durer 5 minutes, l'agent de trafic ne savait ce qui l'attendait... En arrivant à l'avion, il a eu la grosse surprise de découvrir un pnc à bord de l'avion !! Le pnc, fou de joie de voir quelqu'un arriver dans l'avion, s'occupe de lui comme un passager 1ère classe, ne voulant plus le laisser partir. Celui-ci lui explique alors qu'il était le pnc chargé des ventes à bord et qu'il est hors de question qu'il quitte l'avion en laissant les trolleys des ventes dans l'avion (4 trolleys pour environ 7000 euros de valeur!). La régulation trafic ne savait pas qu'il restait un membre d'équipage, abandonné par ses collègues et par les représentants de la compagnie qui avaient oubliés qu'il était encore à bord.

 

Le catering: Après avoir prévenu les représentants, voilà que commence l'attente d'un camion de catering, soit disant censé arriver à 23h30 pour récupérer ces fameux trolleys. Bien sur, à 00h00, toujours pas de camion en vue et plus personne pour répondre au téléphone. La régulation trafic propose alors une solution, que le pnc ferme la porte de l'avion lui même et vérifie bien que l'agent de trafic retire la passerelle, retirant ainsi le seul moyen d'accès à l'avion. Mais rien à faire, le pnc ne veut pas et demande absolument qu'un représentant soit présent aussi pour se couvrir lui même.

 

Les représentants: L'agent de trafic étant bloqué par le pnc, une nouvelle attente commence... celle de l'arrivée du représentant de la compagnie resté dans son 

 bureau. Après de nombreux appels pour presser le représentant de venir à l'avion, une solution est proposé par ce dernier. Prendre des sacs plastiques, vider les trolleys de vente dedans et stocker tout ça dans son bureau. Tout semblait enfin résolu mais....

 

Les filtres: Passé minuit, les grilles du hall d'embarquement sont fermées ainsi que les filtres de police. Le représentant ne peut donc plus accéder à l'avion par l'aérogare. La seule solution restante est qu'il sorte de l'aérogare pour re-rentrer sur la piste par l'accès au niveau de la tour de contrôle ouvert h24 puis marcher jusqu'au parking C02 à pieds pour récupérer son véhicule de fonction pour se rendre à l'avion en B04. Après de longues, très longues minutes, le représentant arrive enfin à l'avion.

 

Les trolleys: Malheureusement, il y a trop de marchandises pour les mettre dans des sacs plastiques. Il faut alors trouver des cadenas dans l'avion et au trafic pour fermer les 4 trolleys. La porte de l'avion peut enfin être fermée, la passerelle enfin retirée, il est 01h20 !!

 

Les filtres bis: Après avoir quitté l'avion, le représentant et le pnc passent les portes automatiques les faisant entrer dans la zone sous douane. Au début, ils voulaient sortir par la piste en passant par la passerelle pour se simplifier la vie sachant l'heure qu'il était. Bien sur, le pnc n'avait pas de badge et portait une valise cabine. Le problème est que pour sortir de l'aéroport, le seul filtre encore ouvert est situé prés de la tour de contrôle et pour y accéder, il faut passer devant les policiers mais sortir de l'aéroport par la piste avec une valise, c'est soupçonneux donc pas de choix que de suivre le chemin normal c'est à dire passer par la douane avec une Déclaration Générale pour que le pnc puisse sortir. Evidemment, à 01h du matin, le filtre de douane est fermé et voilà les 2 personnes coincées dans la zone sous douane !!! Par hasard, un personnel faisant le ménage arrive. Le représentant lui demande donc comment il fait pour sortir de cette zone quand il a fini de travailler et celui-ci répond qu'il doit attendre 04h du matin que le filtre soit ouvert ! Catastrophe pour les 2 âmes perdues, devoir attendre 3 heures de plus bloqués ici ! Heureusement, la personne du ménage à l'idée de leur dire d'appeler le pc de permanence nuit de la police de l'air. Après une longue attente, une patrouille est envoyée pour leur ouvrir, les laisser rentrer en zone public et ainsi pouvoir sortir de l’aérogare et emmener ce pauvre pnc à l’hôtel... il est 02h du matin passé...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

020. PASSAGER RAT  24 SEP 2007

Un Airbus A330 d'une compagnie aérienne française, effectuait un vol Dakar-Paris. Au départ de Dakar, l'avion a pris du retard suite à l'apparition d'un rat en cabine. Restant introuvable malgré une longue recherche approfondie, le CDB a décidé de partir quand même. Mais durant le vol, le fameux rat a de nouveau été vu. L'avion s'est posé à Paris sans problème et le vol suivant a du être annulé pour effectuer une dératisation. L'histoire ne dit pas le rat a été finalement retrouvé. 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

le reste => | 2 | 3 | 4 | 5 |

002. JANTE A NETTOYER  NOV 2012

Au PC trafic d'une société d'assistance, un agent donne une information à ses collègues qui préparent les vols de la matinée, concernant une porte passager qu'il faut remonter manuellement. Information pas très utile pour la préparation des vols, ses 2 autres collègues s'en moquent un peu. Plus tard, l'agent recommence mais en disant qu'un avion a besoin qu'on lui nettoie la jante du pneu avant droit. Evidemment, il n'y a rien de sérieux mais l'un de ses collègues le crois pourtant. Finalement, le pilote de l'avion appelle en fréquence et le collègue en profite pour lui demander, sérieusement, confirmation qu'il a besoin qu'on nettoie la jante du pneu avant droit. L'agent entendant ça, lui crie que c'était une blague. Le pilote a répondu qu'il n'était pas au courant mais à visiblement compris qu'il s'agissait d'un blague. Quelques minutes de fou rires s'en suivirent..

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------