AEROPORT-PARIS-ORLY.COM Chronique d'un aéroport

Copyright © Février 2019 Jean-Charles DAYOT

 

HISTOIRE

1950 à 1959

Le LOG AVION de l'année : 1950

Le Douglas DC-4 F-BBDB d'Air France est détruit par le feu dans un hangar de maintenance. VOIR PAGE ACCIDENT

Dernier meeting aérien à Orly "Fête national de l'air" (clôturé par 24 Vampire de la 2ème escadre en patrouille).

Un nouveau bail est conclu avec l'US Air Force suite à la création de l'OTAN. Les avions du Military Air Transport Service (MATS), 1630th Air Base Squadron, l'utilisent pour des liaisons entre la France et les Etats-Unis pour les nombreux militaires américains basés en France et quelques bâtiments leurs sont loués.

Le LOG AVION de l'année : 1951

La base américaine est agrandi pour les besoin du SHAPE (Supremer Headquarters Allied Powers Europe), qui a été activé à Fontainebleau, pour accueillir le flux de nouveaux pilotes.

Le Constellation F-BAZS atterrit sur le ventre. VOIR PAGE ACCIDENT

Inauguration des nouveaux radars par le ministre des transports Antoine Pinay (bande S, portée de 150 km, rotation de 6 tr/min, marque Cie Thomson-Houston).

RADAR Orly 1951

Le 1630th AB Squadron devient le 1606th Air Base Group.

Durant le décollage avec 34 passagers et membres d'équipage, le train droit se rétracte brusquement. L'avion sort de la piste et prend feu. Il n'y a pas de blessé mais l'avion est entièrement détruit.

Passagers pour l'année : 1,2 million

Le LOG AVION de l'année : 1952

Alerte Ovni

 

13/06/52, 02h00: Un technicien de la tour de contrôle de l'aéroport d'Orly aperçoit une lueur fixe au-dessus de l'horizon. Le ciel était couvert à une altitude de mille mètres Quand dans la direction du Sud Ouest, le témoin aperçoit une boule rouge immobile de taille trois fois plus grosse que Vénus. Il l'observe pendant une heure. L'avion postal de Nice arrivant, rend compte à la tour de contrôle de la même observation.                                                    Reportage sur les ovnis

dossier2.jpg

Une réplique de la Demoiselle est offerte par le Musée de l'Air à son homologue brésilien. Une cérémonie a lieu à Orly avec la réplique et 2 constellation F-BAZI et F-BAZS autour.

L'USAFE prend les commandes de la partie américaine à la place du MATS sous le 7415th Air Base Group. Le MATS, réduit, devient le 1602d Air Transport Wing Detachment. Le nouveau terminal passager est le plus grand en France pour l'armée américaine.

Air France regroupe ses activités à Orly et quitte Le Bourget qui récupère le salon aéronautique annuel. Les pistes du Bourget sont trop courtes pour les Constellation et il n'y a pas de projet de rallongement. De plus, le service de maintenance des avions et de catering se trouvent à Orly.

Mouvements avion : 25 812 / Fret : 16 786 tonnes

Le LOG AVION de l'année : 1953

Témoignage sur les visites guidées. Michel SAURET relate ses débuts de guide:

 

"Il fallait que je gagne ma vie. Je parlais anglais et allemand. Arrivant à Paris, un ami me conseille Air France :«Trop tard 1 Il faudra attendre septembre (on était en avril); mais je crois qu'ADP doit embaucher». Je me rends boulevard Raspail. «Vous venez pour l'annonce?» me demande- t-on. Je n'étais pas au courant,mais je dis oui à tout hasard! Cinq jours plus tard. j'étais convoqué à Orly, à 08h30. Je ne connaissais rien. On m'a mis dans les bras un gros dossier: histoire de la plate-forme, description des installations, des hangars. de la tour de contrôle, missions d'ADP... et ma première visite à 14h30, le jour même: un groupe de 12 écoliers conduits par leur instituteur.On recevait les visiteurs, dans un bâtiment en bois de l'armée américaine; on leur présentait le plan de masse, les extensions futures, les accès depuis Paris, l'avenir d'Orly et un film technique sur l'approche et le guidage des avions. Juste avant, un collègue (Le Breton) m'avait fait faire un tour d'aéroport en jeep, montré les hangars Air France en porte à faux. le bâtiment des pompiers... et la tour de contrôle. Là un aiguilleur du ciel, M. Gilibert, futur pilote à Air Inter. se substitua gentiment à moi pour expliquer le déroulement de l'approche et de l'atterrissage des avions aux instruments [ILS]. C'est ainsi que j'ai appris mon métier "sur le tas". A l'issue de la visite, l'instituteur m'a glissé un billet dans la main pour me remercier; j'étais un peu vexé et je voulais refuser, mais j'avais faim et pas un sou pour aller à la cantine. Alors, j'ai accepté et je me suis offert le plus beau "gueuleton" de ma vie: un sandwich avec un verre de vin rouge ! Voilà ma première journée.Des détails me reviennent en mémoire : je me souviens, par exemple, qu'au hangar d'Air France, il y avait un DC4, qui avait été offert par le président Truman au général de Gaulle. Chaque fois que je le présentais aux visiteurs, il y avait des applaudissements.Je me rappelle aussi que le car des visites guidées n'avait pas de toit à l'origine : on n'avait pas prévu qu'à Orly, parfois, il peut pleuvoir, et violemment; les visiteurs s'en sont aperçus à leurs dépens: à la première ondée les techniciens ont dû fabriquer une bâche: moins de charme, mais plus de confort !"Françoise MIRANDE évoque elle aussi ses débuts dans cette même activité: "C'est René L'Helguen, ancien résistant et maire d'Athis-Mons, qui m'a introduite à ADP en 1960; j'ai pris le poste saisonnier que l'on me proposait, celui d'hôtesse des visites guidées à Orly, activité sous la responsabilité de Le Breton. Le dimanche, nous faisions visiter une Caravelle en bois ; j'étais toujours volontaire, cela m'arrangeait, car c'était payé double salaire. Cela n'a duré que trois mois. Nous occupions des baraques en bois. Il n'y avait pas de restaurant du personnel à l'époque; mais il y avait un petit café en face, qui nous accueillait à l'heure du déjeuner. L'ambiance était très sympathique." [extrait du livre "Aéroports de Paris, une aventure humaine"]

La piste 2 est terminée (2 460 m x 60 m; 3L/21R). La Piste 1 Nord/Sud devient 3R/21L. La première piste Est/Ouest 8L/26R n'est plus utilisée.

Première ligne Air France entre Orly et Bogota avec le Constellation F-BBDU.

La construction de l'aérogare Sud provisoire commence, l'aérogare Nord étant saturé.

aerogare_nord_dec1953.jpg

Inauguration de la piste 2 bis qui est renommée 03R/21L.

Le premier radar du Centre de Contrôle Regional est installé sur le bâtiment du CCR Nord qui se situe sur l'aéroport d'Orly.

Passagers pour l'année (Le Bourget compris) : 60500 mouvements, 1 464 333 passagers

Le LOG AVION de l'année : 1954

La base américaine a vu passer environ 800 visiteurs de marque (président, secrétaire d'état, etc.) entre 1950 et 1955 avec quelques réunions au sommet ayant attirés plus de 1000 visiteurs. Lors de 4 ces réunions, une piste a du être fermée pour y parquer les avions.

Le bail est renégocié pour s'agrandir et accueillir (club des officiers, sous-officiers, club de service des aviateurs, bureau du personnel, un nouveau terminal passager, cantonnement de 450 soldats, un réfectoire de 500 hommes, des parkings avions pour les 15 avions affectés à Orly, un dispensaire avec 25 lits d'hôpitaux, un snack bar, une caserne de pompier, etc.).

Durant cette année, les C-124 américains ont transportés 500 parachutistes/commandos français à destination notamment de Da Nang Tourane en Indochine.

US Air Force - Orly 1954

L'armée utilise cependant quelques fois Orly, notamment pour le départ des dernières troupes françaises pour l'Indochine.

Décret déclarant d'utilité publique les travaux d'extension de l'aéroport d'Orly. Il précise que l'expropriation sera réalisé en 2 phases. De 1954 à 1956, la phase 1 avec les lotissements de la Prévoyante, de la Vieille Poste et de la Marine de la ville de Paray-Vieille-Poste. De 1956 à 1961 pour la phase 2 avec les lotissements de la Fraternelle et de l'avenir de Paray-Vieille-Poste.

Le premier radar du Centre de Contrôle Regional est mis en opération.

L'aérogare Sud provisoire, construit en 9 mois à l'Est de la RN7, est mise en service.

Air France déménage du Bourget à Orly.

Les Bloch 161 de la Marine française (escadrille 31S) quitte Orly pour Dugny-Le Bourget, Orly qui devient entièrement civil.

Le premier radar du CCR qui a été mis en opération en Juin est officiellement inauguré par le ministre des transports Jacques Chaban-Delmas.

Passagers pour l'année : 2 millions

Le LOG AVION de l'année : 1955

2ème tour de contrôle construite en 195.? (elle est toujours visible en 2014 et est utilisée par un service technique d'ADP mais les 2 derniers étages ont disparus en 2015 car trop fragile)

L'escadron 7415 utilise 15 C-47A Skytrain, 1 C-54G Skymaster, 1 C-121A Constellation et 1 Convair C-131B Samaritain comme transport de personnel basé à Orly.

Le LOG AVION de l'année : 1956

Mise en service des hangars N1 et N2, les plus grands d'Europe avec 19 000 m2.

Alerte Ovni

 

Dans la nuit du 17 au 18 février 1956 à 22h50, apparaissait sur le radar de l'aéroport civil d'Orly près de Paris un écho correspondant à un objet d'une taille deux fois supérieure à celle des plus grands avions alors en service. Aucun avion n'étant supposé se trouver là à ce moment, les techniciens radar se bornèrent d'abord à suivre les évolutions de l'objet supposé, évolutions qui étaient totalement différentes de tout ce qu'ils avaient pu observer jusqu'ici.

Ses vitesses variaient de l'immobilité totale à une vitesse de 2500 kilomètres/heure.

La météo était exceptionnellement froide durant tout ce mois de février 1956, plus froid que jamais depuis, et il n'y avait aucun orage. Le ciel était clair et sans nuages.

Par la suite, alors que l'objet était toujours détecté sur les radars, un Douglas Dakota DC-3 de Air France (le F-BAXI) transportant des passagers d'un vol régulier en provenance de Londres entre dans le champ du radar. L'objet inconnu, qui à ce moment était stationnaire, est vu sur l'écran radar accélérer à une vitesse foudroyante et foncer vers le DC-3.

La tour d'Orly appelle alors le DC-3 pour lui demander s'il ne voit rien. Le pilote du DC-3 répond qu'ils voient une lumière rouge clignotante se dirigeant vers leur avion apparemment à très grande vitesse. Il indique que la position de la lumière est à la verticale des Mureaux, ce qui correspondait à la position de l'objet sur le radar.

Le pilote du DC 3 dut changer de cap pour éviter une collision qui lui semblait imminente, puis l'objet disparut à ses yeux. Pour la tour de contrôle, l'objet semblait maintenant être du côté du Bourget, ce dont ils informent le pilote du DC-3.

Le copilote, en se tournant vers ce côté, aperçoit de nouveau non seulement la mystérieuse lumière clignotante, mais bien l'objet lui-même, énorme et noir sur le fond du ciel. Lui et le Capitaine regardèrent l'OVNI pendant une demi-minute avant qu'il ne disparaisse. Dans son rapport, le Capitaine déclarait que l'objet qu'ils avaient vu ne portait aucune des lumières de navigation obligatoires.

Ce manège dura trois heures consécutives. Au dire des enquêteurs de l'aviation civile, les pilotes des divers appareils qui atterrirent ou décollèrent cette nuit-là à Orly après avoir vu la lumière clignotante, et parfois l'objet, manœuvrer autour d'eux à des vitesses folles, étaient blêmes de peur.                                               Reportage sur les ovnis

dossier2.jpg

Le DC-6B de la compagnie Linee Aeree Italiane immatriculé I-LEAD effectue le vol Rome-Paris Orly-Shannon-New York. Il s'écrase quelques secondes après le décollage d'Orly. VOIR PAGE ACCIDENT

Passagers: 2 millions, superficie: 1 549 hectares, 3000 visiteurs par jour sur les terrasses. Côté américain 103 000 passagers, 49 000 tonnes de fret, 12 100 de poste transportés et 4290 avions venus.

Le LOG AVION de l'année : 1957

Début de construction de l'Aérogare Sud avec déviation de la RN7 (existant depuis les Romains). Cette année sont réalisés les fondations et les sous-sols ainsi que le pont de la RN7.

Depuis 1953, de nouvelles expropriations ont eu lieu: 415 Ha à Paray (619 immeubles démolis dont 439 habitations, la Mairie, la poste, une école, un cimetière, une Chapelle), 340 Ha à Villeneuve-Le-Roi, 240 Ha à Orly, 235 Ha à Wissous, 205 Ha à Athis-Mons, 43 Ha à Chilly-Mazarin, 36 Ha à Morangis.

Le détachement américain devient l'escadron 1622. Au cours de cette année, il a traité un total de plus de 103 000 passagers, 49 000 tonnes de marchandises, 4 290 avions et 12 100 tonnes de courrier.

Le Sncase SE.2010 F-BAVG de la compagnie Sageta s’écrase de nuit lors de sa seconde tentative d’atterrissage à 19h24UTC. En provenance de Tunis, l’avion heurte le sol et le fuselage se casse en quatre morceaux. Deux morts sont dénombrés sur les 70 personnes présentes à bord. VOIR PAGE ACCIDENT

Le docteur Garsaux, médecin chef du service médical d'Aéroports de Paris ouvre un premier centre médical à Orly, dans un petit pavillon aménagé à proximité de l'aérogare Nord et y développe diverses formes d'activités : la médecine du travail, la médecine de soins aux personnels, le service de petits soins d'urgence et de secours médicaux.

Plan Orly 1957

Le 1er simulateur de vol en France est opérationnel. C'est un simulateur de Lockheed Super Constellation 1049 installé dans le premier bâtiment de la zone de maintenance (zone Nord) à Orly.

Installation du premier VOR (fréquence 111.2).

Le L-1049 Super Constellation F-BHMK s’écrase lors d'un vol d'entrainement. VOIR PAGE ACCIDENT

Le LOG AVION de l'année : 1958

Les travaux continuent sur l'aérogare Sud avec le montage de l'ossature métallique (7 8000 tonnes d'acier montés en 8 mois).

Création d'un bureau des relations avec les riverains et du magazine Entre Voisins.

La base aérienne d'Orly devient l'aéroport d'Orly. Les américains en profite pour quitter l'aéroport notamment à cause du manque de place et la fermeture de la première piste mais ils continueront de l'utiliser un peu jusqu'en 1968 (date de l'opération Freloc, départ de tous les américains et canadiens des bases de France).

Le nouveau cimetière de Paray-Vieille-Poste est officiellement ouvert. ADP peut donc continuer ses travaux d'extensions de l'aéroport (Orly Ouest) sur lequel se situait l'ancien cimetière (764 concessions refaites, 1000 corps exhumer).

40 kg de lingots d'or disparaissent entre Orly et Téhéran. Les voleurs seront arrêtés en août.

Lingots d'or - Ory 05/04/58

Premier numéro du magazine Entre Voisins.

Le prototype 02 de la Caravelle III, immatriculé F-BHHI et peint aux couleurs d'Air France (mais sans titre) emmène le Général de Gaulle en visite officielle à Alger.

Mise en service du hangar N5 pour Air France. Quelques chiffres: portes de 30 tonnes, 54m de profondeurs, 150m d'ouverture, 15m de haut pour les portes, 8000 m2 couverts, 485 tonnes d'acier, 150 tonnes pour les 6 portes. Dès février, certains avions ont pu être mis à l'intérieur pendant les travaux d’aménagement intérieur.

hn5_entrevoisins_1158.JPG

Le LOG AVION de l'année : 1959

Les travaux continuent avec en cette année, la réalisation des façades et des canalisations (l'ensemble des façades couvrent une superficie de 18 000 m2, les châssis fixes ou basculants en dalles de verre trempé représentent 10 000 m2). Le nouveau tracé de la RN7 entre en service le 01 septembre 1959 à 11h00.

Aérogare Sud - Orly 1959

Le bâtiment du CCR Nord quitte Orly pour son emplacement actuel à Athis-Mons.

Madame De Gaulle baptise la 2ème Caravelle d'Air France, la F-BHRB 'Lorraine'.

La caravelle F-BHRA d'Air France effectue un vol plané entre Orly et Dijon.

L'idée du vol est prise par la compagnie Air France qui entend faire voler un SE-210 Caravelle en vol plané entre Paris et Dijon. C'est la Caravelle type 1, immatriculée F-BHRA, qui est utilisée. Piloté par Marcel Guibert et René Duguet, l'avion décolle normalement le 15 mars 1959 à 13h42 de l'aéroport d'Orly. La montée s'effectue au dessus du sud-ouest de la région parisienne jusqu'à l'altitude de 13200m où sa vitesse est de 665 km/h. L'avion passe à 14h46 au dessus de la capitale, le commandant de bord réduit alors la poussée à zéro. Les réacteurs ne sont pas tout à fait éteints, mais n'effectuent aucun travail de propulsion.
La Caravelle met le cap vers Dijon qui se situe 265 km plus loin. Le vol se déroule dans un parfait silence, l'avion perd entre 200 et 300 m d'altitude par minute. A 15h32, la Caravelle atteint Dijon, son altitude est alors de 1600 m, le vol plané a ainsi duré 46 minutes. La caravelle effectue alors sa descente vers l'aéroport d'arrivée, les gaz ne sont remis que pour les derniers instants de l'approche finale, afin de garantir un bon niveau de sécurité pour les passagers.

Une maquette en bois grandeur nature du fuselage d'une Caravelle est installé à l'entrée d'Orly. (100 000 visiteurs enregistrés au 05 octobre 1959, fermée ensuite?)

Inauguration d'une nouvelle piste (numéro 3, 08/26, rallongement de l'ancienne 08R/26L) par le ministre des transports, M. Buron.

Le premier avion a l'utiliser devait être un Boeing 707 d'Air France effectuant la ligne New York-Paris mais suite à une fuite d'huile, l'avion a fait demi-tour là-bas. C'est une Caravelle d'Air France qui prendra sa place en décollant pour Francfort.

 

Sur la vidéo, on voit un hélicoptère survoler la RN7, l'aérogare Sud en construction et la piste, la tour ainsi que le décollage d'un Caravelle d'Air France sur cette piste.