AEROPORT-PARIS-ORLY.COM Chronique d'un aéroport

Copyright © Février 2019 Jean-Charles DAYOT

 

ACCIDENTS & INCIDENTS

1909 à 1959

| 1959 | 1958 | 1957 | 1956 | 1954 | 1953 | 1952 | 1951 | 1950 | 1949 | 1948 | 1947 | 1946 | 1945 | 1944 | 1940 | 1939 | 1938 | 1937 | 1936 | 1935 | 1934 | 1933 | 1931 | 1930 | 1929 | 1928 | 1927 | 19261925 | 1923 | 1922 | 1918 1909 |

| 1960 à 1999 | 2000 à 2059 |

07 SEPTEMBRE 1909  Wright

crashé à Juvisy (pilote Eugène Lefevre décédé)

25 JUIN 1918  Sopwith Camel F1346

crashé

27 JUIN 1918  Sopwith Camel F1316

crashé à l'atterrissage lors de sa livraison

24 AOÛT 1918  Caproni Ca.5 MM11587

crashé, pas de blessé.

01 OCTOBRE 1918  Sopwith Camel F1497

crashé près d'Orly

14 MARS 1922  Nieuport

crashé (pilote Albert Eichelbrenner décédé)

22 AVRIL 1923  

crashé (pilote Baudet décédé)

Pilote Baudet

03 MAI 1925  

L'opérateur de cinéma Paul Klairval est tué par l'hélice d'un avion en cours d'atterrissage

31 MAI 1925  Spad

crashé  (pilote Louis Belmont décédé)

31 MAI 1925  

crashé (pilote Bellancourt décédé)

Pilote Bellancourt

19 FÉVRIER 1926  avion militaire

crashé  (Adjudant-chef Pierre Jouteux décédé)

01 SEPTEMBRE 1927  Caudron 27

crashé (Lieutenant Charles décédé)

Pilote Charles

20 SEPTEMBRE 1927  

collision entrer avions (pilote Estradère décédé et pilote Perron décédé)

Pilotes Estradere et Perron

27 MAI 1928  MS.130

crashé dans foule durant la fête aérienne organisée par l'Union des Pilotes Civils (pilote Mingram blessé et 1 spectateur tué, 13 spectateurs blessés)

Pilote Mingram

08 AOÛT 1928  Couzinet 10 Arc-en-Ciel

L’Arc-enCiel qui a déjà effectué 12 heures de vol, est présenté au public par l’équipage Drouhin (pilote), Marcel Gianoli (navigateur, ingénieur), Jean Manuel (radio) et Georges Lanet (mécanicien). René Couzinet, pour une fois, n’est pas dans l’avion, et Le Brix se tient à ses côtés. Après 45 minutes d’évolutions, Drouhin, enthousiasmé par la machine, prend de la hauteur et pique vers le sol plein gaz. L’aile se met à vibrer dangereusement (phénomène vibratoire, buffeting, mal connu à l'époque) un phénomène vibratoire (buffeting) . Drouhin, excellent pilote, réduit et redresse. L’ « Arc-en-Ciel » percute un hangar. Lanet est décapité par une partie métallique du fuselage, Drouhin la cuisse gauche arrachée meurt le lendemain et Gianoli et Manuel sont dans le coma.

21 FEVRIER 1929  Monoplan école

crash  (pilote Richard et contrôleur Labbé blessés)

04 AOUT 1930  Peyrat-Mauboussin PM XI F-AJUL

à l'atterrissage

Pilot O'Neill

10 SEPTEMBRE 1930  MS.130 n°40

problème moteur en vol (pilote Georges O'Neill et mécano Galau)

04 OCTOBRE 1930 

crashé en vol (trop bas) (pilote Goux? + 4 passagers)

18 JUIN 1931 

crashé à l'atterrissage (pilote Francastel, 1 mécano décédé)

Pilote Francastel

19 NOVEMBRE 1931  biplan

crashé (pilote Vedy blessé, passagère Henry décédé)

Pilote Vedy

10 OCTOBRE 1933  avion école

crashé  (pilote Jacques Croset, passager Daniel Bacheret blessés)

Pilote Croset

31 DÉCEMBRE 1933  monoplan

crashé  (pilote Meccas décédé, 1 passagère Mme Delaunay-Belleville décédée)

Pilote Meccas

25 FÉVRIER 1934  MS.230

collision en vol  (pilote Grillot décédé) + MS.230? (pilote Benneyton décédé)

Pilote Grillot / Benneyton

AVRIL 1934  FBA 294 Marine

accidenté à Ablon (pilote Martin)

30 JUIN 1934  Caudron 400

crashé à l'atterrissage (pilotes André Maillet décédé, M. David-Weill)

Pilote Maillet

16 MARS 1935  avion militaire / avion civil .-..OK

collision en vol  (pilote Castenada) + (Gourine et Botscharoff décédés)

Pilotes Catenada / Gourine / Botscharoff

30 AVRIL 1935  MS.230

crashé en effectuant une vrille (pilote Serge décédé, moniteur Lécrivain blessé  sauvé par son parachute)

Pilotes Serge / Lécrivain

20 MAI 1935  MS.230  Patrouille d'Etampes

Pendant le meeting d'Orly, l'A/C Carlier heurte son chef de patrouille et se crashe. Il décède durant son transport à l’hôpital.

07 JUIN 1935  MS.230  n°96

crashé à 10h20 en lisière de Villeneuve-le-Roi

09 JUIN 1935  MS.230 Patrouille Etampes

crashé durant acrobaties (pilote Carrier décédé)

18 JUILLET 1936  Nieuport 62

perte de l'arbre porte-hélice en vol (pilote Tournier décédé)

Piloe Tournier

26 AVRIL 1937 

crashé (pilote Georges Catois, passager Marcel Fabre blessés)

Pilote Catois

11 JUIN 1937 

crashé en approche (pilote Mille Lorenzo blessé)

Pilote Lorenzo

03 AOÛT 1937 

crashé (pilote Degutter, passagère Rousseau blessés)

Pilote Degutter

07 OCTOBRE 1937 

crashé en approche  (pilotes Sergent Garant et Berry)

16 MAI 1938 

crashé  (pilote Laromillière et sa femme blessés)

Pilote Laromilliere

30 OCTOBRE 1939  Bristol Blenheim L 1246 Royal Air Force

L'avion, piloté par le Sergent Stanley Farmer, engagé sur Essen, est attaqué par des Messerschmitt Bf.109. Il arrive à retourner sur Orly. A l'atterrissage, le train avant se casse. Aucun blessé.

15 NOVEMBRE 1939  Bristol Blenheim L 1246 Royal Air Force

a 16h15, l'avion décolle pour un vol ferry. Suite à une panne moteur, l'avion se crashe dans la Seine à Villeneuve-Saint-Georges. Le pilote Sergent Stanley Farmer, le radio et un observateur sont tués.

21 DÉCEMBRE 1939  Loire-Nieuport LN-401 (s/n 3) Aéronavale

Après un vol d'entraînement, L'appareil se présente à l'atterrissage sur la piste Nord-Sud, à basse altitude, volets intrados et train baissé à basse vitesse. Gêné par un autre appareil de l'AC3 en phase d'atterrissage, le pilote, Second Maître Alexis Lansonneur, pour éviter la collision, se met en virage pour faire une nouvelle présentation mais en raison de sa faible vitesse, décroche et s'écrase au sol dans un champ. Le pilote est tué. Info de francecrashes39-45.net

07 JUILLET 1940  JU 88 Luftwaffe

crashé à l'atterrissage

30-31? JUILLET 1940  JU 88 9K-FT Luftwaffe

atterrissage sur le ventre cause mauvaise météo (pilote Heinrich Höchstetter)

02 AOÛT 1940  JU 88 Luftwaffe

crashé à l'atterrissage

09 NOVEMBRE 1940  JU 88 A-5 (s/n 882135) Luftwaffe  / JU 88 A-5 (s/n 882201) Luftwaffe

Le 2135 rentre d'une sortie et s'écrase à l'atterrissage dans le 2201 parqué. Les 2 avions sont détruits.

Présent sur le 2201, le mécanicien Gefr Leonhard Knoll est tué et son collègue Uffz Alfred Galonska est grièvement blessé et hospitalisé à Clichy. Dans le 2135,  FF Fw Karl Besenbeck, FF Fw Erich Laube et BS Uffz Gustav Hinterlang sont tués, BO Uffz Kurt Kempka est grièvement blessé et admis à l’hôpital d'Orly.

11 NOVEMBRE 1940?  Do-215 00029 Luftwaffe

?

18 DECEMBRE 1940  JU 52 Luftwaffe

à l'atterrissage (pilotes Herbert Hames / Martin Höhndorf)

18 DECEMBRE 1943  Me.410 A-3 Luftwaffe

suite erreur de pilotage (pilote Karl Bernet

14 JANVIER 1944  3 HS 129 Luftwaffe

à l'atterrissage

08 SEPTEMBRE 1944  B-17G-35-DL   42-107208 'Why not?'   US Air Force

Atterrissage d'urgence, touché par la DCA allemande, pilote radio tué.

Equipage: Pilot: Nick Jorgensen, Co-pilot: Dave Tritsch, Navigator: Leo Fleming, Bombardier: Tom Hooper, Flight engineer/top turret gunner: Edwin Frogner, Ball turret gunner: Howard Raab, Waist gunner: Henry Bozard,Tail gunner: Selberg Moore (8 Returned to Duty); Radio Operator: Frank M Maguire

Le sergent Selbert H Moore, mitrailleur arrière, raconte:

8 septembre 1944, dans "Why not?", avion n ° 42-107208 les batteries anti-aériennes provoquent l'étouffement du cylindre d’un moteur. La pression a chuté dans un autre moteur et le pilote Jorgensen n'a pas pu mettre en drapeau le moteur. Le souffle des autres avions a provoqué une chute rapide de l'altitude. Les bombes ont été larguées à une vingtaine de kilomètres à l’est de Reims. Maintenant à 1000 pieds d'altitude, le pilote Jorgensen a ordonné une évacuation. Tous ont sautés en parachute sauf le pilote, le copilote et le bombardier. Frank M Maguire a été tué lors de son saut. Avec la charge allégée, l'avion a pu voler jusqu'à Orly. 'Why not?' a été réparé en France et retourné à la base. Le sergent Moore et d'autres membres de l'équipage ont contacté les français et ont été emmenés à Paris.  (c) http://www.americanairmuseum.com/person/203839

16 JANVIER 1944  B-24 42-52293 US Air Force

accidenté (équipage ayant sauté) après mission sur Dresden

13 SEPTEMBRE 1944  P-47-6-RE  42-74738 / code T5-R  US Air Force

à l'atterrissage, panne moteur (pilote Arthur F. Lindquist sauf)

08 NOVEMBRE 1944  B-26C-45-MO 42-107829 US Air Force

à l'atterrissage (pilote Gunepin)

06 JANVIER 1945  TB-26C 41-35756 US Air Force

à l'atterrissage (pilote William J Callahan)

14 JANVIER 1945  P-47D-2-RA   42-22488   US Air Force

à l'atterrissage  (pilote Gordon N Johnson)

28 FÉVRIER 1945  He-177 A-7 n°550256 (ex GP+RY Luftwaffe) Armée de l'Air

au décollage, un pneu éclate et l'avion fait un cheval de bois. Il ne sera pas réparé mais expédié en caisse aux USA. Lors de son escale à Orly, il a fallu changer un moteur. (pilote Robert Koster)

19 JANVIER 1945  L-4A US Air Force

au décollage  (pilote Frank E Freeman)

03 MARS 1945  C-47 A-30-DK 43-48223 US Air Force

A 10h15, durant l'approche, l'avion entre en collision avec un objet en vol. Le moteur droit et l'aile prennent feu. L'aile droite se casse et l'avion heurte une petite colline à Carmeilles-en-Vallangou. Tous les occupants sont tués. L'avion arrivait de Prestwick en Ecosse transportant des soldats et des journalistes:

Robert H Dearstine (Pil, USAAF), Herbert Hammond Hirth (Cop, USAAF), Paul A Mansell (Obs, USAAF), Alfred E Barschdorf (Radio, USAAF), Paul J Heeger (FTC, USAAF), Albert J McVey (passager, USN), Lester I Chapman (Passager, Presse), Ruth G Donor (passager), Festuf F Foster (passager, USN), Lawrence Leopold Lionel Heideman (passager, USN), John Garfield Hope (passager, USN), George Matkovich (passager, Presse), Ben Reuben (passager, presse), George Ross (passager, Presse), Harold A Sabath (passager, presse), Gaius Wesley Young (passager, presse). Source francecrashes39-45.net

27 MARS 1945  B-17 42-102642 US Air Force

à l'atterrissage (pilote Grenville K Baker)

30 AVRIL 1945  C-47 43-48600 US Air Force

à l'atterrissage

23 AVRIL 1945  UC-78 43-32082 US Air Force

Accidenté au roulage (pilote Lawrence S McBee)

19 MAI 1945  A-26B 41-39395 US Air Force

accidenté à l'atterrissage (pilote Robert B Brockhouse, autre date possible 23/06/45)

20 JUILLET 1945  L-4B 43-3713 US Air Force

Accidenté au roulage (pilote Isidore Larguier)

05 AOÛT 1945  P-38 44-25531 US Air Force

à l'atterrissage (pilote Moyer William)

19 SEPTEMBRE 1945  C-47 42-32935 US Air Force

à l'atterrissage (pilote Darrell C Hyde)

07 FÉVRIER 1946  B-25 43-27473 US Air Force

crashé en approche (pilote Richard G Clark)

06 AVRIL 1946  C-54 44-9090 US Air Force

à l'atterrissage

12 AVRIL 1946  C-47 42-100820 US Air Force / C-47 42-93509 US Air Force

C-47 42-93509, collision au sol avec C-47 42-100820 parqué.

17 AVRIL 1946  C-47 42-48260 US Air Force / C-47 42-108958 US Air Force

C-47 42-48260, collision au sol avec C-47 42-108958 parqué.

04 MAI 1946  C-45 43-35701 US Air Force

à l'atterrissage (pilote Charles G Mathison)

04 JUIN 1946  C-47 43-16026 US Air Force / C-47 42-93077 US Air Force

Collision au sol avec avion

17 JUIN 1946  C-47 43-16268 US Air Force

crashé à l'atterrissage (pilote John Pedrick)

05 OCTOBRE 1946  C-47 43-49246 US Air Force

au roulage

08 OCTOBRE 1946  C-47 43-16406 US Air Force / C-47 43-16911 US Air Force

C-47 43-16911, collision avec C-47 43-16406 parqué.

09 DÉCEMBRE 1946  C-47 43-48260 US Air Force

accidenté au roulage (pilote Robert J Paquette)

01 FÉVRIER 1947  L.049 F-BAZA Air France

* Collision au sol *

Au point fixe - Moteur n°3 hélice HS + revêtement cellule. À Orly au cours du point fixe, après changement master control sur GMP 3, l'avion glisse sur la neige durcie et l'hélice frappe l'escabeau d'accès au poste pilote. Cinq déchirures sur le revêtement du fuselage côté droit à la hauteur du compartiment Galley - Deux déchirures sur le revêtement extrados du plan central droit - Déformation du longeron

 inférieur gauche de la nacelle - Hélice : extrémités des trois pales brisées. (c) Aviatechno.net

17 FÉVRIER 1947  C-47 43-15142 US Air Force

accidenté au roulage

12 DÉCEMBRE 1947  C-47 F-BCYF Air Algérie

accidenté au roulage

10 FEVRIER 1948  SE.161 F-BATH Air France

accidenté au roulage

07 AVRIL 1948  L.749 F-BAZK Air France

* Collision avec véhicule *

À 13 h 30, l'avion garé à l'extrémité du parking à proximité des hangars Air France, les empennages surplombant des travaux en cours, a été heurté à la partie inférieure du gouvernail de direction gauche par la benne basculante d'un camion restée en position « levée ».Dégâts : partie inférieure amovible du gouvernail extrême gauche de direction détérioré - nervures inférieures voilées - âme avant tordue - lisses arrachées - revêtement déchiré. (c) Aviatechno.net

12 JUILLET 1948  DC-4 F-BBDL Air France

Crashé à l'atterrissage et détruit par le feu. (Le Parisien Libéré du 13/07/48, "un avion prend feu à l'atterrissage à Orly")

07 NOVEMBRE 1948  DC-4 Air France

Une hôtesse au sol est happée par l'hélice d'un DC-4 d'Air France ayant brutalement pivoté en se parquant.

09 NOVEMBRE 1948  C-54 45-404 US Air Force

Accidenté au roulage.

20 NOVEMBRE 1948  C-47 ZS-BWX Mercury Aviation

L'avion ne pouvant se poser au Bourget, a dérouté sur Orly. A l'approche, il a heurté des câbles électriques et s'est écrasé sur des maisons.

ZS-BWX

06 AVRIL 1949  L.749 F-BAZN Air France

* Au sol *

Dégats : Saumon plan gauche dégivreur arraché - dégivreur d'aile arraché sur 2 m. Panneau externe arrière de l'extrados du plan gauche plissé sur 20 cm et arraché sur 3 cm au droit de la nervure de rive et de la charnière d'aileron. (c) Aviatechno.net

03 SEPTEMBRE 1949  L.049 F-BAZC Air France

Éclatement de pneus *

Atterrissage avec les roues freinées (Frein de parc non débloqué). Dégâts: atterrisseur principal 10% - 4 pneus éclatés, 2 brûlés + 2 roues HS. (c) Aviatechno.net

19 OCTOBRE 1949  TBM-3S 901661 US Air Force

Accidenté au roulage

22 JANVIER 1950  DC-4 F-BBDB Air France

* Incendie pendant une maintenance *

 

L'avion a été détruit par le feu durant une maintenance dans un hangar. Lors de travaux sur un moteur, une lampe électrique est tombé dans un bac de récupération d'huile et de carburant. Le verre ed la lampe s'est cassé et a enflammé le mélange carburant et huile. Les flammes ont atteint l'avant de l'aile gauche avant que les pompiers n'éteignent le feu. Certaines parties de l'avion dont la dérive sont transférées au centre d'instruction de Vilgénis. La section avant sera utilisé pour réparer le F-BBDD qui avait été accroché par un Languedoc au Bourget en 1952.

 

Témoignage d'un mécanicien André Frémaux

 

Le 22 janvier 1950, je n'avais pas encore 18 ans. Je travaillais, équipe du matin (07h-15h), sur un DC4 voisin du F-BBDB. Filtres, bouchons magnétiques et bougies. Ce jour là, un Dimanche, sur le F-BBDB, les ponts moteurs étaient en place et une visite d'entretien se déroulait sur l'ensemble de l'appareil. Des compagnons se trouvaient dans le trou d'homme de la nacelle du GMP2. Une lampe baladeuse chuta dans le bac de récupération du pont moteur. La vérine se cassa et le mélange « huile moteur, hydraulique, essence » s'enflamma aussitôt, communiquant l'incendie à l'aile gauche. Le feu fut contenu et circonscrit grâce à l'intervention des pompiers d'Air France. Pas de blessé mais cet incident, qui aurait pu dégénérer, nous fit rester au travail plus de 24 heures d'affilée pour extirper l'épave du hangar, nourris aux paniers repas et cafés forts. Pour l'anecdote : C'est grâce « ou à cause » de cet incident que la DM commanda des lampes baladeuses dont la vérine était gonflée, toute rupture entrainant la coupure du circuit. (c) Aviatechno.net

20 AVRIL 1950  L.1049 F-BAZP Air France

* Effacement train avant *

Circonstances et causes présumées :
Le 20 Avril 1950, à 00 h 07, l'avion F-BAZP, de retour d'un voyage de Buenos-Aires ne put atterrir sur l'aérodrome d'Orly par suite du non verrouillage de son train avant. Plusieurs manœuvres de relevage et descente effectuées sur les deux circuits normal et secours n'ont apporté aucune amélioration, le train 
 avant restait pendant à la verticale (constatation faite par l'équipage de la porte soute avant). Pendant ces différentes manœuvres, une fuite s'est produite sur le circuit hydraulique occasionnant une diminution de liquide dans le réservoir principal. Ce niveau a été complété dans ce réservoir et dans le réservoir de secours par le liquide hydraulique contenu dans le réservoir de réserve jusqu'à

 épuisement de celui-ci. Les pompes hydrauliques ayant été mises hors circuit par fermeture de leur robinet d'isolement, l'avion volait alors dans les conditions suivantes : gouvernes de profondeur et de direction alimentées par leur circuit de secours (boosters pompes) ailerons actionnés en manuel ,trains sortis, train  avant non verrouillé. 

Afin d'assurer le verrouillage des deux trains principaux position haute pour un atterrissage éventuel trains rentrés, le réservoir de secours fut alimenté par différents liquides : eau, lait, apéritif. Cette quantité de liquide apportée au circuit de secours permit le verrouillage position haute du train gauche mais non du train droit. Les deux trains principaux furent à nouveau descendus et verrouillés position basse, le train avant restant toujours non verrouillé. L'essence des réservoirs ayant été utilisés au maximum, le pilote fit mettre les hélices des moteurs 2 et 3 en drapeau, les volets en position approche et centrage arrière maximum, et posa l'appareil en utilisant les reverses, puis en mettant les hélices 1 et 4 en drapeau. Après avoir roulé normalement, l'avion piqua progressivement sur le nez et celui-ci ayant touché le sol, il parcourut encore 150 mètres environ. Heure d'atterrissage : 3 h 43.

Les consignes préalables d'évacuation de secours avaient été appliquées mais n'ont pas eu à être utilisées , les passagers ont évacué l'appareil par la porte d'équipage.L'avion, après avoir été relevé à l'aide d'une grue et avoir eu son train avant verrouillé manuellement, put être tracté normalement jusqu'aux hangars.Incident imputable au mauvais fonctionnement du vérin de train avant. L'examen du vérin a révélé la détérioration du joint « o-ring » du piston et d'une de ses garnitures en cuir. De nombreuses piqûres apparaissent sur une paroi du piston et semblent avoir été provoquées par oxydation du métal. Des traces de grippage s'étendant sur la même partie du piston sur 10 mm de largeur, se retrouvent sur la paroi du cylindre et sur toute la longueur de celui-ci. Ce grippage semble avoir occasionné l'usure de la partie du joint en contact avec un passage par la partie détériorée du joint, occasionnait une contre-pression sur la partie arrière du piston

empêchant celui-ci de venir à fond de course.

Dégâts à l'appareil : très limités. Partie inférieure avant du fuselage écrasée jusqu'au tablier du train avant. Revêtement côtés gauche et droit à l'aplomb des fenêtres pilote et co-pilote froissé. Portes du train avant endommagées. Les hélices 2 et 3 ont eu une seule pale endommagée à l'extrémité. Apparemment, pas de trace de déformation du fuselage en arrière de la station 180. (c) Aviatechno.net

03 AVRIL 1951  L.749 F-BAZS Air France

Atterrissage sur le ventre. L'avion sera réparé.

F-BAZS

11 AVRIL 1951  L.749 F-BAZF Air France

Atterrissage sur le ventre?

17 MAI 1951  C-47 43-47981 US Air Force

Accidenté cause météo

30 OCTOBRE 1951  SO.30 F-OAIY Air Algérie

Durant le décollage avec 34 passagers et membres d'équipage, le train droit se rétracte brusquement. L'avion sort de la piste et prend feu. Il n'y a pas de blessé mais l'avion est entièrement détruit.

11 FEVRIER 1952  L.749 F-BBDT Air France

Collision avec véhicule

20 SEPTEMBRE 1952  C-47 42-23967 US Air Force

* crashé à l'atterrissage *

 

L'avion a touché un poteau électrique et s'est crashé sur la piste 02.

1952 - 20 sept - accident DC3 42-23967.j

23 OCTOBRE 1952  SE.161 n°86 / F-RAPC Aéronavale

* crashé *

 

L'avion se crashe à Bonneuil-Sur-Marne durant un vol entre Le Bourget et Orly avec 11 personnes à bord, toutes décédées.

Equipage du Languedoc n°86 F-RAPC du G.T. 1/62 Algérie, le 23 octobre 1952 à BONNEUIL (94).
 Commandant Danna, capitaine Humbert, lieutenant Dutheil de la Rochere, adjudant Dumont, adjudant Lottiaux, adjudant Verdier, sergent-chef Mauconduit, sergent Dervin, soldat Cosson, soldat Biava, M Devos (SNCASE)
(c) Aerosteles.net

29 NOVEMBRE 1952  C-47 43-48479 US Air Force / L-20 51-68150 US Air Force

Collision au sol avec le L-20 parqué

04 FÉVRIER 1953  C-47 42-93722 US Air Force

accidenté au roulage

14 NOVEMBRE 1953  C-47 43-15992 US Air Force

accidenté au roulage

27 NOVEMBRE 1953  C-119 52-2621 US Air Force

* crashé à l'approche *

L'avion effectuait un vol Dover-Francfort-Acores-Orly. Il s'est écrasé pendant son approche au niveau de Choisy-Le-Roi. Les 6 militaires présents à bord sont décédés. Les (rear clam shell) se sont arrachés frappant les stabilisateurs horizontaux provoquant la destruction d'une partie de l'empennage.

52-2621

02 JUIN 1954  C-47 43-49375 US Air Force

accidenté au roulage

21 JUIN 1954  C-47 43-49362 US Air Force

accidenté cause météo

30 JUILLET 1954  C-47 43-15661 US Air Force

accidenté au roulage

27 SEPTEMBRE 1954  C-47 43-48186 US Air Force

accidenté au roulage

13 FÉVRIER 1956  L.749 F-BAZV Air France

Collision avec véhicule (tracteur)

24 NOVEMBRE 1956  DC-6 I-LEAD Linee Aeree Italiane

* crashé au décollage *

L'avion effectuait le vol Rome-Paris-Shannon-New York. L'avion décollait depuis la piste 26 d'Orly. Quelques 10-15 secondes plus tard, l'altitude a été perdu et le DC-6 a frappé une maison 600 m après la fin de la piste. Le feu a éclaté. La météo au moment de l'accident était brumeux avec une visibilité de 2,2 m, le vent 320 degrés pour 6 nœuds et un plafond 4/8 au 240 m avec une température de -2 degrés. L'avion transportait 3 tonnes de fret, 35 passagers et 100 tonnes d'essence. Parmi les victimes, il y avait Guido Cantelli, un célèbre chef d'orchestre italien, 36 élèves du musicien Arturo Toscanini. Le pilote, le Commandant Attilio Vazzoler, 41 ans, était l'un des pilotes les plus expérimentés de la compagnie avec plus de 10 000 heures de vol à son actif.

 

CAUSE PROBABLE: La légère perte d'altitude de l'avion peu après le décollage a été la cause principale de l'accident. Il n'y a pas d'explication pour cette perte d'altitude.Bien que les règlements en vigueur ont été respectés, la présence d'obstacles non signalés du côté hors enceinte de l'aéroport a constitué un facteur aggravant. la cause initiale et directe de l'accident reste inconnue.

12 DÉCEMBRE 1956  Viscount F-BGNK Air France

* crashé en vol *

L'avion a quitté Orly à 08h49 pour un vol de formation pour Reims avec 5 personnes à bord. L' avion est monté à une altitude d'environ 3000 pieds, juste au-dessus de la couche nuageuse et a continué en VFR à Reims. A 08h58, l'autorisation a été demandée et accordée pour monter à 5000 pieds pour rester en VFR au dessus de la couche nuageuse. Un peu plus tard, des témoins ont vu l'avion en pente de descente. (4 869 heures de vol et 3346 atterrissages). Aucun survivant.

 

CAUSE PROBABLE : Une perte de contrôle en vol. La cause initiale n'a pas pu être déterminée.

Témoignage trouvé sur Nelsonbrianfamily.wordpress.com

 

Avoir un père et grand-père qui étaient vraiment dans leur avion, m'a toujours rendu curieux de savoir quand je cherche sur internet sur l'accident. En effet, mon grand-père a travaillé pour Armstrong Whitworth après la guerre et bien que je ne le connaissais pas, l'enthousiasme qu'il avait à commencer à déteindre sur moi enfant. Un de mes premiers souvenirs était de voir les petits avions de ligne survolant la maison de mon enfance dans le sud-ouest de Leicestershire, les proclamant comme étant des Vickers Viscount. Ça l'était probablement!

Cela me conduit à lire sur le type avion récemment, premier véritable avion de ligne et appropriée de la Grande-Bretagne après la guerre, qui est entré en service en 1948. Il y a une connexion avec l'Essonne, car en 1956, Air France exploitait le type. Le F-BGNK qui avait été en service depuis 1953 faisait le vol depuis Orly le matin du 12 Décembre 1956, à 08h49 à destination de Reims dans l'est de la France.

Seulement cinq membres d'équipage étaient à bord, prenant part à un vol d'entraînement. Après le décollage, l'avion est monté à une altitude d'environ 3000 pieds, juste au-dessus de la couche nuageuse. À 08h58, l'autorisation a été demandée et accordée de monter à 5000 pieds. Un peu plus tard, des témoins ont vu l'appareil à une pente de descente.

L'avion d'Air France s'est écrasé près de Dannemois, en Seine-et-Oise, tuant les cinq membres d'équipage à bord. Perte de contrôle a été donné comme raison de l'accident mais cela n'a jamais pu être établie avec certitude.

29 JANVIER 1957  SE.2010 F-BAVG Sageta

* crashé à l'atterrissage*

 

La première tentative d'atterrir à Paris-Orly de nuit, ILS , surveillé par GCA , a échoué. L'équipage a décidé d'essayer une seconde fois avec des conseils de GCA. Pleine puissance a été appliquée alors que l'équipage ne 'était pas en mesure de voir la piste. L'avion a continué à descendre cependant, et a percuté le sol dans une rive droite. L'aile droite s'est séparée et la partie principale du fuselage s'est scindée en quatre parties principales.

 

CAUSE PROBABLE : décrochage à la suite du retard d'application de puissance avec un aéronef lourd en configuration d'approche finale et le contrôle insuffisant du cap, de la vitesse et de l'altitude après la percée visuelle. Les facteurs suivants sont à noter aussi : Détérioration des conditions météorologiques dans le proximité immédiate du seuil de la piste, l'absence de radio-altimètre, la mauvaise application des techniques d'atterrissage par les deux personnels au sol et en vol.

27 JUILLET 1957  L.1649 F-BHBK Air France

éclatement roues du train principal à l'atterrissage (vol d'entrainement)

06 DÉCEMBRE 1957  L-1049 F-BHMK Air France

* crashé à l'atterrissage*

 

A 18h00TU, le L-1049 Super Constellation F-BHMK s’écrase après son 4ème touch and go de nuit dans le brouillard. L'avion effectuait un vol d'entrainement (CDB M. Gobert). L’avion prend feu mais aucun blessé n’est à déplorer. L’avion effectuait un vol d’entrainement. Vol semestriel de contrôle avec quatre atterrissages de nuit. Le plafond était de 60 pieds et visibilité de 1500 m quand la 4ème approche a été effectuée. Après une approche normale ILS GCA sur la piste 26L, l'avion a brusquement viré vers la gauche, a touché la piste puis a rebondi. L'avion s'est alors écrasé à l'arrière de la piste. Total d'heures de vol de l'avion 3078.

 

Cause Probable: L'accident fut le résultat des manœuvres correctives excessives exécutées lors du contact avec la piste. Du givrage sur l'avion pourrait avoir réduit ses qualités aérodynamiques.

Journal 'Le Figaro' du 07/12/57 (récupéré sur Aviatechno.net)

 

AU COURS D'UN VOL D'ENTRAÎNEMENT
Un « Superconstellation » touche d'une aile et se rompt en atterrissant à Orly

 

- Les sept membres de l'équipage, seuls à bord, sont indemnes
- L'appareil qui a subi un commencement d'incendie est gravement endommagé.

 Le nez de l'appareil quelques instants après que les pompiers se furent rendus maîtres de l'incendie qui s'était déclaré dans les deux ailes

Deux quadrimoteurs transportant chacun une cinquantaine de passagers venaient à peine de décoller d'Orly quand des flammes immenses s'élevèrent au sud de l'aéroport. On crut d'abord qu'il s'agissait d'un Viscount à destination de Nice.
 
C'était en réalité un Constellation super-G d'Air France, immatriculé F-BHMK, relativement récent puisqu'il a été livré en janvier dernier à notre compagnie nationale. À bord se trouvaient cinq commandants de bord, tous pilotes expérimentés, spécialistes de l'Atlantique nord pour la plupart, et deux mécaniciens. L'appareil avait effectué un « cheval de bois » en touchant le sol de la piste nord-sud. Tous les occupants, heureusement, sortaient sains et saufs de cet accident.
 
D'après les déclarations des techniciens, l'avion aurait abordé la piste dans d'excellentes conditions ; toutefois l'aile gauche avait paru s'affaisser et avait raclé le béton de la piste. Le choc fut sans doute assez brutal puisqu'on vit le plan de l'appareil touché prendre feu immédiatement. Puis le quadrimoteur se trouva déséquilibré, il vira dans l'herbe où il s'immobilisa.
L'équipage se précipita aussitôt vers la sortie de secours des passagers et, en manches de chemise, sauta sur le sol au moment où l'appareil était environné de flammes.
Les pompiers de l'aéroport, ainsi que ceux de la base militaire d'Orly furent en quelques minutes sur place. À 21h30, l'appareil était toujours environné de hautes flammes que les pompiers attaquaient à grand renfort de mousse. Mais les sauveteurs ne purent empêcher les deux ailes d'être détruites par le feu.

 D'après les déclarations du pilote, le capitaine Marcel Gobert, tout était normal à bord, au moment où il amorçait l'ultime procédure de l'atterrissage. Toutefois, en prenant contact avec le sol, le pilote remarqua que l'appareil avait eu un léger tressaillement et prit aussitôt la décision de remettre les gaz et de prendre de l'altitude. C'est alors que le feu se déclara au plan gauche de l'appareil. Il coupa alors les gaz, freina et put enfin immobiliser l'appareil à mi-piste.
L'équipe du super-constellation endommagé était composé des commandants de bord Jean Loudaits, Marcel Gobert, Jacques Casties et Jacques Mims et dés mécaniciens navigateurs Paul Even et Christian Dereix.
 
Le procureur de la République, M. Lamavel, de Corbeil, après avoir conféré avec le juge d'instruction Kauffer, et le commissaire divisionnaire Duclos, chef de la police de l'Air d'Orly, a décidé de ne pas ouvrir une information judiciaire, les occupants de l'appareil étant sortis indemnes de l'accident.
De ce fait, l'épave du quadrimoteur a pu être enlevée rapidement et le trafic reprenait normalement à 22h30.

Communiqué d'Air France (récupéré sur Aviatechno.net)

 

La compagnie Air France communique :
 
Le 6 décembre 1957, à 19 heures. (heure locale), le super-constellation d'Air France F-BHMK, qui venait d'effectuer à vide un vol d'entraînement d'équipage, s'est trouvé en difficulté en atterrissant sur la piste nord-sud d'Orly. L'appareil, déséquilibré, a touché d'une aile et s'est rompu. Les ailes ont été détruites par un incendie consécutif. Mais du fuselage intact les trois membres de l'équipage et les quatre membres du personnel navigant à l'entraînement sont sortis indemnes.

16 JANVIER 1958  Breguet 2PONTS militaire

effacement train avant

25 DÉCEMBRE 1959  L.1049 F-BHBM Air France

-